Le réseau CTS (67 Strasbourg) dans la presse

Aller en bas

Le réseau CTS (67 Strasbourg) dans la presse

Message par Man Lion's City 43 le Lun 10 Oct 2011 - 21:58



Transports
Tolérance zéro pour les resquilleurs strasbourgeois



Selon la CTS, beaucoup trop d’usagers empruntent encore le tram sans payer. Photo Jean-Marc Loos


La Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) durcit sa politique anti-fraude à la rentrée. Elle procède aussi à des aménagements sur les lignes de bus à compter du 29 août.

« On ne peut plus accepter que les gens ne payent pas. Cela nous fait perdre environ trois millions d’euros par an », estime Jean-Philippe Lally, directeur général de la CTS. Une fraude d’autant moins excusable, selon lui, que la compagnie a mis en place l’année dernière une tarification solidaire plus adaptée aux ressources de chacun : « On n’a plus de compréhension à avoir… Désormais, que chacun assume ses choix ! »

Pour combattre le fléau, une équipe de six contrôleurs viendra renforcer les effectifs existants. Plus dissuasif encore : le montant des amendes augmente. A partir du 12 septembre, il ne sera plus possible de s’en tirer pour 26 € en réglant l’infraction sur place ou le lendemain. Les fraudeurs devront dorénavant s’acquitter de 45 € (au lieu de 42,50 €) en l’absence de leur titre de transport ou de 30 € (au lieu de 28,50 €) si celui-ci n’est pas valable. Ils rajouteront 20 € pour frais de dossiers s’ils paient dans les quinze jours et 38 € entre le 16 e et le 60 e jour.

La surveillance sera également intensifiée dans le centre-ville, notamment dans le tramway qui pâtit d’un effet « tapis roulant » selon Jean-Philippe Lally. « Beaucoup de gens prennent le tram sans payer pour une ou deux stations seulement. Cela encombre les transports et dégrade la qualité du service », explique-t-il.

Un service que la compagnie souhaite encore améliorer en modifiant le tracé de certaines lignes à partir du 29 août. Les lignes de bus 7, 31, et 12 sont essentiellement concernées. Sur la 12 par exemple, la CTS prolonge l’expérimentation de la nouvelle liaison rapide bus + TER Entzheim-Strasbourg en portant l’effort sur la correspondance horaire entre les deux types de transports. De même, dans le secteur de la Robertsau, la navette Robertsau Boecklin-Philippe Thys empruntera dorénavant un itinéraire plus direct qui desservira deux nouveaux arrêts.

Le 29 août toujours, les bus passeront à l’horaire d’hiver. Il faudra attendre le 5 septembre pour que les trams fassent de même.

CONTACTER Compagnie des transports strasbourgeois, tél. 03.88.77.70.70 ; site internet : www.cts-strasbourg.fr.


Dernière édition par Man Lion's City 43 le Mer 12 Oct 2011 - 22:51, édité 4 fois

_________________


Jean-Baptiste DESCHAMPS-BONHEUR
43000 Le Puy-en-Velay, Auvergne, Haute-Loire, France
avatar
Man Lion's City 43
Membre

Masculin Gémeaux Chien
Nombre de messages : 642
Age : 59
Localisation : Le Puy-en-Velay, Auvergne, Haute-Loire (43000)
Emploi : Retraité Courly (Grand Lyon)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau CTS (67 Strasbourg) dans la presse

Message par Christobal le Lun 10 Oct 2011 - 23:02

L'Alsace.fr a écrit:Plus dissuasif encore : le montant des amendes augmente. A partir du 12 septembre, il ne sera plus possible de s’en tirer pour 26 € en réglant l’infraction sur place ou le lendemain. Les fraudeurs devront dorénavant s’acquitter de 45 € (au lieu de 42,50 €) en l’absence de leur titre de transport ou de 30 € (au lieu de 28,50 €) si celui-ci n’est pas valable.
L'évolution du prix des amendes ne fait que suivre l'application du décret n°730 du 22 mars 1942, dans lequel il est stipulé :

Décret n°730 a écrit:
Art. 80-4
Le montant de l'indemnité forfaitaire prévue par l'article 529-4 du code de procédure pénale est fixé ainsi qu'il suit :
(...)
3°) pour les infractions prévues par le deuxième alinéa de l'article 80 -3, à l'exception de celles commises dans les services de remontées mécaniques : vingt-quatre fois la valeur du module tarifaire défini au dernier alinéa du présent article pour les voyageurs munis d'un titre de transport non valable ou non complété, s'il y a lieu, par les opérations incombant au voyageur, et trente-six fois la valeur du même module tarifaire pour les voyageurs démunis de tout titre de transport ;
(...)
Le montant du module tarifaire mentionné aux 3° et 4° du premier alinéa ci-dessus correspond aux prix d'un billet de seconde classe vendu par carnet au tarif normal sur le réseau de la Régie Autonome des Transports Parisiens.
Le prix du carnet francilien est de 12,50 € depuis le 1er juillet 2011, soit un module tarifaire à 1,25 €.

1,25 € x 24 = 30,00 €

1,25 € x 36 = 45,00 €
avatar
Christobal
Membre

Masculin Scorpion Dragon
Nombre de messages : 1930
Age : 101
Localisation : France
Emploi : Oui

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau CTS (67 Strasbourg) dans la presse

Message par Billy le Ven 20 Jan 2012 - 1:14


Publié le 10/01/2012
La bataille du tram sur pneus enflamme Strasbourg



Des associations d’usagers mettent en avant les atouts du tram sur rail, déjà largement développé dans l’agglomération strasbourgeoise.
Photo Jean-Marc Loos

La Communauté urbaine de Strasbourg (Cus) a lancé un projet de tramway sur pneus qui alimente une vive polémique, ses adversaires l’accusant d’avoir choisi sans véritable concertation un mode de transport dont rien ne démontrerait qu’il soit le plus adapté.

La concertation publique sur la nouvelle ligne, ouverte le 15 novembre, s’est achevée le 28 décembre. Une délibération pour l’ouverture d’un appel à projets devrait être soumise fin mars ou début avril au vote des conseillers communautaires. Le projet de la mairie, qui a repris une proposition de la Compagnie de transports strasbourgeois (CTS), vise à relier au centre-ville de Strasbourg les communes de Vendenheim, au nord, et Wolfisheim, à l’ouest.

La CTS, qui travaillait sur un projet de bus à haut niveau de service (BHNS) sur l’axe nord, a finalement préféré un tram sur pneus, mieux adapté selon elle à l’étroitesse de la voirie. Cette solution permet aussi de se dispenser de coûteux travaux d’aménagement d’un tunnel sous la gare. Le document publié par la Cus dans le cadre de la concertation publique fait sans ambiguïté la promotion des propositions de la CTS. « La création de la première ligne de tram sur pneusreprésente un vaste projet d’agglomération qui améliorera les déplacements de plus de 110 000 personnes », peut-on y lire. Évaluant le tram sur pneus, le tram sur fer et le BHNS au regard de trois critères — l’insertion dans la voirie, le coût et la capacité —, les auteurs de ce texte concluent que le tram sur pneus est « le choix le plus pertinent dans ces secteurs de l’agglomération » strasbourgeoise.

Cette assertion est contestée par des associations d’usagers, des élus et des professionnels des transports, qui ont tiré à boulets rouges sur le projet, et proposé des solutions alternatives reposant sur le tram sur fer. Les contempteurs du tram sur pneus remettent en cause, chiffres à l’appui, son caractère prétendument économique. Ils mettent en avant la cherté des rames, ainsi que des coûts d’exploitation et de maintenance élevés. Ils redoutent que ce choix rende la CTS captive d’un seul constructeur, le groupe alsacien Translohr, l’autre fabricant de trams sur pneus Bombardier ayant jeté l’éponge.

Ils émettent aussi des doutes quant à la fiabilité du matériel, rappelant les incidents et pannes qui ont accompagné la mise en place du Translohr à Clermont-Ferrand. L’ancienne maire de Strasbourg Fabienne Keller (UMP) a regretté que ce nouveau mode de transport, incompatible avec le tram sur fer déjà en service, rompe avec la logique de maillage du réseau mise en œuvre par les municipalités successives.

L’adjointe Chantal Augé (élue de la société civile sur la liste du maire socialiste Roland Ries) a critiqué un projet « sorti du chapeau », qui ne figurait pas dans le Schéma directeur des transports collectifs 2025, et mis sur la table sans toute l’information nécessaire.

Élue du groupe UMP, Nouveau Centre et Indépendants, Anne Schumann a dénoncé pour sa part une « mascarade de concertation », conduite alors que le projet est déjà « bouclé » sans que soient communiquées les « études techniques et juridiques » fondant le choix d’un tram sur pneus. Comme d’autres, elle soupçonne que la Cus privilégie cette option pour soutenir une entreprise située aux portes de l’agglomération strasbourgeoise.

Interrogé par l’AFP, le président de la Cus, Jacques Bigot (PS), a assuré que « toutes les options restent ouvertes ». Il a souligné que d’autres entreprises que la CTS pourraient être candidates à l’appel à projets. Les travaux devront en tout cas commencer au plus tard fin 2013, si la Cus veut bénéficier d’une subvention de 17,4 millions d’euros promise à cette condition par l’État, dans le cadre du deuxième appel à projets du Grenelle de l’environnement.

le 10/01/2012 à 05:01 par Stéphanie Lerouge (AFP)

_________________
Transports Urbains Français : 2007-2016

avatar
Billy
Fondateur T-U-F
Fondateur T-U-F

Masculin Sagittaire Chèvre
Nombre de messages : 10522
Age : 26
Localisation : Île-de-France
Emploi : Master Exploitation et Développement des Réseaux de Transports Publics

Voir le profil de l'utilisateur http://www.t-u-f.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau CTS (67 Strasbourg) dans la presse

Message par Billy le Dim 12 Fév 2012 - 17:59



Le tarif des tickets en hausse
Publié le 1 février 2012.

Les usagers de la CTS auront remarqué ce matin un changement dans le prix des titres de transport. Le tarif de l'aller simple passe aujourd'hui de 1,50 € à 1,60 €. L'aller-retour coûtera désormais 3 € contre 2,90 €. Cette hausse de 10 centimes intervient six mois après la précédente majoration. Cette nouvelle augmentation s'explique par la hausse récente de la TVA de 5,5 à 7 %, « ainsi que par un ajustement technique par rapport à l'inflation », justifiait en décembre dernier Alain Fontanel, vice-président de la CUS, chargé des finances. L'abonnement mensuel passe, lui, de 44 à 45,60 €. Une hausse que les voyageurs prenaient hier avec fatalité : « Qu'est-ce que vous voulez qu'on y fasse ? Tout coûte plus cher en ce moment. Mais on est bien obligé de se déplacer », confie Alice, 24 ans, rencontrée à la station de tram Saint-Florent. « Je ne vais pas prendre ma voiture pour autant, souligne Bruno, 48 ans. ça reste encore plus économique de se déplacer en transports en commun, sans compter la galère à trouver une place. » La majorité des déplacements sur le réseau est payé par abonnement, le ticket aller simple ne représentant que 5 % du trafic.

A. G.

_________________
Transports Urbains Français : 2007-2016

avatar
Billy
Fondateur T-U-F
Fondateur T-U-F

Masculin Sagittaire Chèvre
Nombre de messages : 10522
Age : 26
Localisation : Île-de-France
Emploi : Master Exploitation et Développement des Réseaux de Transports Publics

Voir le profil de l'utilisateur http://www.t-u-f.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau CTS (67 Strasbourg) dans la presse

Message par Billy le Dim 18 Mar 2012 - 16:48



Conflit entre un sous-traitant de la CTS et des chauffeurs
le 03/03/2012 à 05:00 par Sailesh Gya


La ligne de nuit a notamment été touchée. DR

La circulation sur plusieurs lignes de la CTS récemment concédées au Groupement des Transporteurs Strasbourgeois (GTS) était bloquée hier. Des chauffeurs travaillant sur ces lignes refusent leur nouveau contrat qui les fait passer sous la législation allemande.

Des barrages filtrants organisés à des dépôts de bus au Port-du-Rhin, à Brumath et à Molsheim ont arrêté hier la circulation des lignes de bus 27 et 31, ainsi que les navettes Robertsau, Hôpital civil, Neudorf Marché et la ligne de nuit de Strasbourg. Seule la ligne 21 reliant Strasbourg à Kehl fonctionnait avec des perturbations. Une douzaine d’arrêts maladie des chauffeurs roulant sur ces lignes ont aussi contribué à la paralysie du trafic. L’ensemble des autres lignes de bus et les lignes de tram fonctionnaient, précise toutefois la Compagnie des Transports Strasbourgeois (CTS).

À l’origine de ce mouvement social : des salariés de l’ex-prestataire de la CTS, Transdev, qui a perdu l’appel d’offres européen lancé par la CTS pour gérer ces lignes au profit du GTS, en décembre dernier. Le nouveau sous-traitant s’est engagé à reprendre les 65 salariés de Transdev. Mais en proposant des avenants au contrat, déjà signés par 40 salariés de l’ex-prestataire.

L’une des modifications a mené au conflit qui couve depuis des mois : il fait passer la douzaine de chauffeurs qui assurent la ligne transfrontalière 21 Strasbourg-Kehl du droit français au droit allemand, via une filiale du GTS, Striebig Gmbh. « Ils vont gagner plus de salaire, entre 200 € et 300 € », dit Hubert Striebig, responsable de la Holding Striebig, qui représente le GTS. « Pour nous, l’Allemagne est plus avantageuse en terme de charges sociales que la France », justifie-t-il.

« Travailler sous le droit allemand doit être un choix, pas une obligation », réplique Bagdad Mokhtari, délégué syndical CFDT représentant les salariés de la ligne 21. « Avec l’arrivée du tramway prévu en 2015 à Kehl, la ligne 21 est condamnée, ainsi que les chauffeurs qui assurent cette ligne », analyse-t-il. Un malaise plus profond persiste aussi depuis la reprise, d’après le syndicaliste.

« Aucun échange avec le repreneur »

« Nous n’avons eu aucun échange formel avec le repreneur. L’inspection du travail a mis en évidence que les avenants n’étaient pas conformes au droit du travail. Et les critères de sélection pour être affectés sur cette ligne sont également douteux : les deux seuls élus syndicaux de Transdev y sont affectés, ainsi que des chauffeurs en longue maladie. Dix sur douze ne parlent pas l’allemand ! », ajoute-t-il.

La situation va encore se durcir aujourd’hui du côté du GTS, alors que les chauffeurs « veulent des négociations ». « J’ai laissé un délai de réembauchage pour les salariés qui expire ce samedi, annonce Hubert Striebig. Je vais embaucher des nouveaux chauffeurs, onze, pour remplacer ceux qui ne veulent pas signer. »

_________________
Transports Urbains Français : 2007-2016

avatar
Billy
Fondateur T-U-F
Fondateur T-U-F

Masculin Sagittaire Chèvre
Nombre de messages : 10522
Age : 26
Localisation : Île-de-France
Emploi : Master Exploitation et Développement des Réseaux de Transports Publics

Voir le profil de l'utilisateur http://www.t-u-f.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau CTS (67 Strasbourg) dans la presse

Message par Billy le Mar 20 Mar 2012 - 2:44



Le tramway de Strasbourg ira jusqu’en Allemagne
Article rédigé par Shahinez Benabed le 19/03/2012 15:13:00 dans la rubrique Réseau urbain


Carte des stations envisagées sur l'extension de la ligne D du tramway de Strasbourg.

La convention de coopération concernant l’extension de la ligne D du tramway strasbourgeois jusqu’à la ville de Kehl am Rhein, en Allemagne, a été signée le 15 mars dernier.

Un pas de plus vers une vraie agglomération franco-allemande transfrontalière. La communauté urbaine de Strasbourg (CUS) et la ville de Kehl am Rhein, en Allemagne, ont signé le 15 mars dernier la convention de coopération portant sur le prolongement de la ligne D du tramway de Strasbourg jusqu’en gare de Kehl am Rhein.

L’accord entre les deux villes détermine les différentes caractéristiques du projet, au niveau de son financement, de sa réalisation et de son exploitation. Ainsi, le nouveau tronçon, dont les travaux devraient débuter en 2013, s’étendra sur 2,7 km. Il sera composé de trois arrêts et d’un terminus provisoire en gare de Kehl am Rhein qui devrait être mis en service dès 2015. Le coût pour la réalisation de ce prolongement est estimé à 87 millions d'euros (dont 57,5 à 60 millions d’euros du côté français et environ 23 millions d’euros côté allemands). A terme, il est également prévu une extension jusqu'au centre de la ville germanique, sans que la date d'exécution et le financement, soient pour le moment arrêtés.

"Un lien supplémentaire entre la France et l'Allemagne"

Les nouvelles stations permettront aussi de desservir le secteur dit des Deux-Rives, correspondant à des zones portuaires et militaires en friche et que la CUS souhaite aménager. Egalement, "ce prolongement a une fonction symbolique car il permettra la création d’un lien supplémentaire entre la France et l’Allemagne vers une agglomération transfrontalière", a précisé Roland Ries, maire de Strasbourg et sénateur du Bas-Rhin.

Prochaine étape : obtenir les différents co-financements de part et d’autre de la frontière pour financer le premier tronçon. "Du côté français, indique le maire de Strasbourg, nous attendons encore dix millions d’euros promis par le président Nicolas Sarkozy en 2009, ainsi que des subventions venant notamment du conseil général du Bas-Rhin (2,4 millions d’euros), et de l’Union européenne à hauteur de 4,2 millions d’euros. La communauté urbaine de Strasbourg finance pour sa part 18 millions d’euros".

_________________
Transports Urbains Français : 2007-2016

avatar
Billy
Fondateur T-U-F
Fondateur T-U-F

Masculin Sagittaire Chèvre
Nombre de messages : 10522
Age : 26
Localisation : Île-de-France
Emploi : Master Exploitation et Développement des Réseaux de Transports Publics

Voir le profil de l'utilisateur http://www.t-u-f.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau CTS (67 Strasbourg) dans la presse

Message par Le DosFin le Ven 11 Mai 2012 - 19:36



STRASBOURG, UN TRAM NOMMÉ … EUROPE

La capitale européenne drape son tramway aux couleurs de l'Union. La Compagnie des Transports Strasbourgeois prévoit également de décliner ses informations commerciales en plusieurs langues.

Trois rames aux couleurs européennes - fond azur et étoiles d’or - circuleront de manière pérenne sur le réseau de "Strasbourg, capitale européenne". Le premier tramway drapé a quitté la station Droits de l’Homme le 11 mai, en présence notamment du maire, Roland Ries, et de Thorbjorn Jagland, secrétaire général du Conseil de l’Europe. Dans 27 langues de l'Europe, elles souhaitent la "bienvenue" aux institutions internationales présentes dans la capitale européenne. "Le tram est un outil à transporter les gens qui peut aussi transporter des messages", a lancé Roland Ries qui souhaite une Europe "qui ne soit pas qu’une zone de libre échanges économiques, mais une Europe proche des citoyens". D’ici la fin de l’année, toute l’information commerciale de la Compagnie des Transports Strasbourgeois se déclinera en français, en allemand et en anglais et, à terme, dans les langues des principaux contingents de visiteurs de la ville.

Source : Bus&Car

Le DosFin
Membre

Masculin Capricorne Cochon
Nombre de messages : 905
Age : 22
Localisation : Saint-Malo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réseau CTS (67 Strasbourg) dans la presse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum