Les transports ferroviaires dans la presse

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Le DosFin le Lun 7 Mai 2012 - 20:48




La SNCF déclare la guerre aux incivilités


Du 4 au 16 mai, un chewing-gum et une cigarette géantes décorent les gares de Perrache et de Part-Dieu. Ces deux sculptures, installées par la SNCF dans le cadre de sa campagne "Il n'y a pas de petites incivilités", visent à interpeller les voyageurs sur l'importance du respect des règles du bien-vivre ensemble.

Parce qu’il n’y a pas « de petit papier par terre, de petite clope sur le sol », et de « petits pieds sur les sièges », la SNCF a décidé d’interpeller ses quatre millions d’usagers quotidiens par le biais d’une campagne choc. Intitulée : « Il n’y a pas de petite incivilité », celle-ci s’installe à Lyon du 4 au 16 mai en prenant la forme d’un chewing-gum géant à la gare Perrache et d’une cigarette géante à la Part Dieu. Le but : « faire prendre conscience » des effets dévastateurs de ces petites infractions « sur notre relation aux autres, notre qualité de vie voire notre équilibre personnel », indique le site de la SNCF.

Vers la nomination d'un directeur de la prévention des incivilités

Cette campagne « s’appuie sur 5 mois d’enquête sociologique auprès de clients et d’agents qui ont permis d’identifier les incivilités et les leviers du retour au respect », précise également le site. Elle suit de près l’action menée en gare de Marseille Saint Charles du 19 au 30 avril. L’affichage de visuels listant les principales incivilités, ainsi que des vidéos témoignages en ligne sont également prévues. Suivies de près par la nomination d’un directeur de la prévention des incivilités cet été.


Source : Bus&Car - Transport de Voyageurs

Le DosFin
Membre

Masculin Capricorne Cochon
Nombre de messages : 905
Age : 22
Localisation : Saint-Malo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Le DosFin le Sam 12 Mai 2012 - 19:02




EUROSTAR : ELISABETH II DÉTRÔNE KATE ET WILLIAM


A moins d‘un mois du Jubilé de diamant de la Reine Elisabeth II d’Angleterre, Eurostar voit le nombre de ses réservations augmenter de 30% dépassant déjà l’affluence connue lors du mariage de Kate et William l’an dernier.

Le Jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II d'Angleterre, qui se tiendra du 2 au 5 juin 2012, devrait attirer plus les touristes que le mariage de Kate et William, qui a eu lieu le 29 avril 2011. C’est du moins ce que constate Eurostar qui prévoit une hausse de fréquentation de 30% par rapport au même week-end l’an dernier, et surtout de 18% par rapport au mariage royal.

Un traitement royal

Si le Jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II s'est officiellement tenu le 6 février dernier, le point d'orgue de l’événement aura lieu du 1er au 6 juin 2012. Une semaine au cours de laquelle Eurostar a prévu de mettre les bouchées double côté services aux voyageurs. Magazines et journaux offerts à bord, menu spécial, champagne, programmes d’avantages avec les organisateurs d’expositions temporaires, de comédies musicales, etc., "nous proposons un traitement royal", indique le communiqué de presse de l’opérateur.

L’hommage d’Eurostar
Une opération d’envergure qui donne à Eurostar la possibilité de rendre, à sa manière, hommage à la Reine d’Angleterre qui "nous a fait l’honneur d’inaugurer officiellement la gare de Waterloo International en 1994 et celle de Saint-Pancras en 2007. A l’occasion du 100ème anniversaire de l’Entente Cordiale en 2004, sa Majesté a également baptisé un train Eurostar "Entente Cordiale" avant de voyager à bord avec son mari le Prince Philip", rappelle la compagnie.


Pour en savoir plus :
www.eurostar.com


Source : Bus&Car - Transport de Voyageurs[/quote]

Le DosFin
Membre

Masculin Capricorne Cochon
Nombre de messages : 905
Age : 22
Localisation : Saint-Malo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Le DosFin le Lun 14 Mai 2012 - 19:03



DE NOUVELLES DESSERTES POUR EUROSTAR


Eurostar envisagerait de lancer dix nouvelles destinations en Europe. C’est du moins ce qu’a révélé le directeur général de la compagnie, Nicolas Petrovic, dans le Financial Times de ce jour.
Desservant actuellement Paris et Bruxelles ou Londres, les trains à grande vitesse d’Eurostar pourraient bien sillonner l’Europe jusqu’à Amsterdam, Francfort, Cologne, Lyon, Marseille ou encore Genève à l'horizon 2016 ou 2017. C’est du moins ce qu’a révélé Nicolas Petrovic, directeur général d’Eurostar, dans le Financial Times de ce jour.

Le jeu de la concurrence
Souhaitant "tacler" son principal rival, l’aérien, c’est aussi ses confrères qu’Eurostar souhaite défier, la Deutsche Bahn et son projet de desservir Londres en 2015 via le Tunnel sous la Manche en particulier… "Notre réservoir de croissance est de prendre des parts de marché aux compagnies aériennes. Si d'autres opérateurs ferroviaires arrivent, alors c'est l'ensemble du marché de train à grande vitesse qui va croître", analysait Nicolas Petrovic dans les colonnes du quotidien.

100 destinations au compteur
Détenue à 55 % par le groupe SNCF, à 40% par le britannique London Continental Railways et à 5% par la Société nationale des chemins de fers belges (SNCB), Eurostar a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires en progression de 6 %, à près d’un milliard d'euros, et un bénéfice net de 25,3 millions d’euros. Dernier chiffre à retenir : 100 destinations déjà dans le "portefeuille" de la compagnie grâce à son réseau de correspondances.

Source : Bus&Car - Transport de Voyageurs

Le DosFin
Membre

Masculin Capricorne Cochon
Nombre de messages : 905
Age : 22
Localisation : Saint-Malo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Le DosFin le Mer 16 Mai 2012 - 19:09



VIE DE CHÂTEAU DANS LE RER C


La SNCF a relooké cinq rames de la ligne C du RER francilien aux décors du Château de Versailles. Les usagers peuvent donc, depuis le 16 mai, bouquiner dans la bibliothèque de Louis XVI où se reposer dans le petit Trianon.
Le Château de Versailles prend ses quartiers dans le RER C francilien. Depuis le 16 mai, la SNCF met progressivement en circulation cinq rames dont l’intérieur a été relooké à la façon du palais du Roi-Soleil. Ces RER au décor inouï circulent entre les stations Bibliothèque-François-Mitterrand (13ème arrondissement) et Versailles-Rive-Gauche (78), lieu où se situe le "vrai" monument.

Une visite avant la visite
Les usagers pourront alors contempler plafonds, tableaux et sculptures du célèbre monument, découvrir la galerie des Glaces, la bibliothèque de Louis XVI ou encore le petit Trianon. Un moyen donc, pour le château de faire sa promotion. "C’est une invitation au voyage pour inciter les touristes et les Franciliens à prendre le train pour visiter la résidence royale", indique Catherine Pégard, présidente de l’Etablissement public du château de Versailles.

Ce changement de décor s’explique également par le fait que la SNCF est obligée "de changer régulièrement le pelliculage protégeant les parois des trains, à cause des tags. Cette fois, au lieu de poser un pelliculage transparent, nous avons voulu faire un clin d’œil à nos passagers", a expliqué Bénédicte Tilloy, directrice générale de SNCF Transilien, au magazine Challenges. Les cinq rames sont prévues pour circuler pendant deux ans.

Source : Bus&Car - Transport de Voyageurs

Le DosFin
Membre

Masculin Capricorne Cochon
Nombre de messages : 905
Age : 22
Localisation : Saint-Malo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Le DosFin le Mer 16 Mai 2012 - 19:11



CAPITAINE TRAIN ROULE POUR LA DEUTSCHE BAHN


Capitaine Train entre dans la cour des grands. Depuis le 14 mai dernier, le concurrent de Voyages-SNCF a commencé à distribuer les billets de la Deutsche Bahn.
"Nous devenons ainsi la première agence de voyages en ligne grand public à distribuer les billets de train des deux plus gros transporteurs européens", assure Jean-Daniel Guyot, l’un des trois fondateurs de Capitaine Train, à l’occasion de l’annonce du nouveau partenariat qu’il vient de signer avec la Deutsche Bahn (DB). A l’issue d’un an de pourparlers avec la DB, "cette collaboration va nous permettre d’offrir deux fois plus de trains et des tarifs encore plus intéressants", poursuit Jean-Daniel Guyot.

Trois opérateurs dans la boucle
Déjà positionnée en l’Allemagne grâce à un partenariat avec Thalys sur la ligne Paris- Essen via Cologne et Düsseldorf, la start-up proposait également des liaisons entre Paris et Munich, Paris et Francfort ou Marseille et Francfort sur les trains opérés conjointement par la SNCF et la DB. Aujourd’hui, le contrat signé avec la DB lui permet d’avoir un accès direct aux tarifs de la compagnie.

Un pari ambitieux
Créé en 2009 et revendiquant 50 000 billets vendus en mars 2012, Capitaine Train ne manque pas de projets et surtout d’ambition puisqu’il souhaite étendre son concept d’achat de billets de train simple, rapide, à l’échelle européenne. Pour y parvenir, il compte bien monter crescendo, "nous avons commencé par vendre l’offre de la SNCF avec Eurostar, Thalys et Lyria, puis iDTGV en août dernier. Aujourd’hui, nous franchissons une nouvelle étape en proposant les billets de la DB, premier transporteur ferroviaire européen. Nous ne nous arrêterons évidemment pas là", prévient Jean-Daniel Guyot, qui pense que l’ouverture à la concurrence devrait impulser une nouvelle dynamique au monde ferroviaire. "Cette libéralisation va permettre à tous les transporteurs nationaux historiques de sortir de leurs frontières. Plus le système va devenir complexe et plus nous aurons besoin de simplicité. Ça tombe plutôt bien, c’est notre obsession", conclut-il.

Source : Bus&Car - Transport de Voyageurs[/quote]

Le DosFin
Membre

Masculin Capricorne Cochon
Nombre de messages : 905
Age : 22
Localisation : Saint-Malo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Eboulement de Mercuès (Lot)

Message par MOUTI le Sam 26 Mai 2012 - 17:28

Section : Brive-la-Gaillarde - Souillac - Gourdon - Cahors

du mercredi 23 mai

Mercuès. L'éboulement fait dérailler le train



Le TER s'est immobilisé sur la voie ferrée après avoir traversé un énorme tas de pierres../Photo DDM. Marc Salvet.

L'agent du conseil général qui travaillait sur un chantier en contrebas sur la RD 881 croise encore les
doigts. « J'ai entendu un très gros bruit, j'ai vu un mur de pierre se détacher de la falaise et le train
qui arrivait et avait pris de l'allure. J'ai tout de suite appelé le 112 craignant le pire », confie-t-il. Les
secours arriveront très rapidement. Dans les 4 wagons du TER, les passagers sont tous indemnes.

Afin de faciliter les rapatriements, les services de police mettront en place une déviation. Sur place,
ils effectueront les premières constatations. « Suite à ces constatations, le parquet déterminera quelle
suite donner à ce dossier. Nous avons mis en place des déviations », indique Nicolas Canouet, directeur
départemental de la sécurité publique. « L'éboulement du mur, consécutif à des ruissellements d'eau,
a eu lieu sur la voie une entraînant l'arrachement du fil d'alimentation électrique sur plus de 100 mètres.

Le train qui circulait sur la voie deux a heurté les tas de pierres et a déraillé », déclare sur place Hervé
Berland, dirigeant de proximité SNCF. Hier en fin d'après-midi un expert ouvrage d'art de la SNCF s'est
rendu sur les lieux pour déterminer tout ce qui doit tomber. Des spécialistes devraient dans les heures qui
viennent dynamiter tout ce qui doit l'être, poursuit-il. Durant ce temps, les circulations sont interrompues,
les trains en provenance de Paris seront acheminés via Bordeaux. « Il y aura au moins quatre jours de
travaux, nous conseillons à nos clients de reporter leur voyage. Des solutions de substitutions seront
néanmoins mises en place » nous indiquait t-on à la SNCF.

Sur place, se trouvaient également 13 sapeurs pompiers, un véhicule de secours routier, une ambulance.
« Nous avons maintenu la totalité des personnes. Sur les 56 passagers aucun n'est blessé. Cet accident
a provoqué des incidences sur d'autres trains en circulation. À présent on va acheminer les passagers à
destination de Brive, à bord d'un bus », souligne le commandant Jean-François Galtié qui s'exprimait au
nom des pompiers. Suite aux pluies qui s'abattent actuellement, on dénombrait d'autres éboulements de
roches, dont une hier matin à Tour-de-Faure. Les équipes des routes du Conseil général sont attentives
aux éboulements qui pourraient survenir sur les falaises surplombant le réseau départemental, sur la
RD 662, sur la RD 9 (Douelle-Luzech), sur la RD 41 (Vallée du Célé).

La majeure partie des roches sont de type calcaire, et subissent l'érosion lente des intempéries, ce qui
aboutit à la chute de cailloux et de pierres. Très grosse frayeur hier peu avant 15 heures sur la voie ferrée
Cahors-Paris. Suite à un éboulement de pierres, le TER Toulouse-Brive a déraillé. On ne déplore aucun blessé.

« C'est surprenant ce qui s'est passé. Là, je me rends compte que si on avait été sur l'autre voie, on ne serait
peut-être plus là à parler ».

Source : La Dépêche.fr


Eboulement de Mercuès (suite)

du jeudi 24 mai.

Mercuès. Après le déraillement du train, le temps des questions



Le train circulait sur la voie de gauche, vers le tunnel, avant de heurter les blocs de la falaise.
Hier, les experts étaient sur place. /Photo, Marc Salvet.


Patrice Talyssat et Gérard Lavaud, employés du Syndicat des eaux d'Espère-Mercuès, ont tout vu,
tout entendu… et ne sont pas prêts à oublier cet éboulement de falaise survenu mardi, sur la voie
ferrée, à Mercuès, causant le déraillement d'un train transportant 56 passagers (lire notre édition
d'hier). « Nous sommes les premiers témoins de l'accident. Nous avons d'abord vu l'éboulement. Le
train est arrivé quelques secondes plus tard. Nous avons entendu un choc et vu un immense panache
de fumée se dégager de la falaise… puis aperçu le dernier wagon du convoi. À cet instant, j'ai cru
que l'avant du train et les autres wagons avaient basculé sur la route », relate Patrick Talyssat. Il a
alerté les secouristes. Que s'est-il passé ensuite pour les voyageurs ? La SNCF et le conseil général
du Lot répondent à cette question… et à d'autres.

Comment s'est déroulée la prise en charge des voyageurs ?

Les 56 passagers du train immobilisé ont été acheminés à Brive en autobus, tandis que 150 autres
personnes qui ne pouvaient évidemment plus voyager sur la voie endommagée ont été hébergées à
bord d'un train de nuit, en gare Matabiau, à Toulouse.

Quels travaux ont été entamés durant la nuit ?

La motrice et les wagons ont été évacués dans la nuit de mardi à mercredi. Les équipes de la SNCF
ont ensuite immédiatement débuté des opérations de forage destinées à placer des charges explosives
dans les cavités créées. Ce chantier de microminage a permis ensuite, dans l'après-midi, de détacher
de la falaise les nouvelles roches qui menaçaient de d'effondrer.

Combien de temps la ligne entre Cahors et Brive va-t-elle rester interrompue ?

Le temps d'interruption est estimé à au moins quatre jours. Pendant ce délai, les trains Paris-Brive-
Toulouse s'arrêteront obligatoirement à Brive.

Qu'adviendra-t-il des passagers se rendant à Cahors et à Toulouse depuis Brive ?

À partir de Brive, l'acheminement de ces voyageurs s'effectuera en bus. Cependant, la SNCF incite
sa clientèle à reporter ses voyages et à se renseigner sur les conditions de circulation via le site
internet www.sncf.com

Quel est l'état actuel de la voie et les travaux à faire ?

La voie est très endommagée et encombrée par environ 150 mètres-cubes de matériaux à déblayer (roches et
pièces métalliques). Le chantier de réparation doit durer 72 heures. Le coût n'a pas encore été chiffré.
Mais il va falloir effectuer la remise en état des ballasts, la réparation des caténaires, des traverses et
des équipements de signalisation. 72 heures pour un tel chantier, c'est un temps record.

Source : La Dépêche.fr

-------------------------------------------------------------------------------

On remarquera sur la photo de La Dépêche la présence de mirlitons.

Approche des signaux de visibilité réduite

Sauf cas particuliers, l'approche des signaux de visibilité réduite est repérée
par des mirlitons non éclairés la nuit, le cas échéant du type bas.

Il est généralement fait usage de trois mirlitons, présentant respectivement
trois bandes, deux bandes, et une bande, obliques noires sur fond blanc,
distants de 100 mètres environ les uns des autres et du signal correspondant.

Ce nombre peut toutefois être réduit à deux ou un seul mirlitons
sur certaines sections de ligne ou pour certains signaux.

avatar
MOUTI
Membre

Masculin Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 102
Age : 56
Localisation : .
Emploi : Conforme à mes rêves de jeunesse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Billy le Mer 30 Mai 2012 - 23:00



La SNCF lance la carte de fidélité e-billet
Article rédigé par Shahinez Benabed le 29/05/2012 à 16:50 dans la rubrique Ferroviaire



La SNCF a annoncé le lancement le 31 mai, de Voyageur, son nouveau programme fidélité. Il permet, par le biais d'une carte qui fait office de e-billet, de ne plus avoir à imprimer ni à composter son billet de train.

« Mieux satisfaire les attentes de ses clients », tel est l’objectif que s’est fixé la SNCF en lançant dès le 31 mai son nouveau programme de fidélité. Intitulé Voyageur, celui-ci remplace, au sein de la compagnie ferroviaire, le programme S’Miles, une alliance entre plusieurs commerces (Monoprix, BHV, les Galeries Lafayette…), que la SNCF a quitté le 25 mai. Destiné aux clients TGV et Intercités en France et à l’international, le nouveau service est gratuit et disponible dès le premier voyage.

Une carte de fidélité qui se transforme en billet de train

Grande nouveauté, la carte du programme Voyageur fait désormais office de e-billet. Plus besoin d’imprimer ses titres de transport ni de les composter. Autre changement, quatre statuts récompensent désormais le client en fonction de la fréquence de ses voyages : Voyageur pour les clients occasionnels, Grand Voyageur et Grand Voyageur Plus pour les voyageurs fréquents et Grand Voyageur Le Club pour les voyageurs très fréquents. Pour 10 trajets effectués, le client obtient un bon de réduction de 10% à valoir sur le trajet de son choix. Pour 20 trajets, il bénéficie de -20% de remise et passe au statut de Grand Voyageur, lui permettant de cumuler des points à échanger contre des billets de train ou des cadeaux et l’accès au salon Grand Voyageur. Enfin, tous les trajets en train TGV et Intercités sont comptabilisés.

_________________
Transports Urbains Français : 2007-2016

avatar
Billy
Fondateur T-U-F
Fondateur T-U-F

Masculin Sagittaire Chèvre
Nombre de messages : 10522
Age : 26
Localisation : Île-de-France
Emploi : Master Exploitation et Développement des Réseaux de Transports Publics

Voir le profil de l'utilisateur http://www.t-u-f.net

Revenir en haut Aller en bas

Jean-Pierre Farandou nommé directeur général de l'Epic SNCF

Message par Nono38 le Jeu 31 Mai 2012 - 19:21



Jean-Pierre Farandou nommé directeur général de l'Epic SNCF

Jean Pierre Farandou quitte ses fonctions de directeur de la branche Proximités pour devenir directeur général délégué de l'Epic SNCF. Il sera notamment chargé de piloter la restructuration du groupe avec en point de mire, la réforme du système ferroviaire français et son ouverture à la concurrence. Rachel Picard a été nommée directrice générale de Gares & Connexions et Joël Lebreton "animera" la branche Proximités.


Jean-Pierre Franadou dirceteur général délégué de l'Epic SNCF © SNCF

Ces nominations, proposées par Guilaume Pepy, ont été approuvées par le conseil d’administration de la SNCF du 31 mai 2012. Si celle de Rachel Picard était déjà connue (lire), celle de Jean-Pierre Farandou est plus inattendue. L’ex directeur général de la branche Proximités de la SNCF, qui regroupe toutes les activités conventionnées du groupe (Keolis/Effia, Intercités, TER, Transilien) aura la lourde tâche "de piloter les adaptations du fonctionnement de l’établissement public SNCF, au moment où devrait se discuter une réforme du système ferroviaire français", explique un communiqué du groupe.

Réduire les frais de structure

Il sera chargé "d’impulser la réduction des frais de structure dans toute l’entreprise, de conduire les évolutions managériales, de régionaliser SNCF en Ile de France et aura la responsabilité de porter des projets de développements majeurs pour le groupe SNCF tel le projet du Grand Paris."

Ce poste de directeur délégué de l'EPIC SNCF est nouveau dans l’organigramme de la SNCF. Jean-Pierre Farandou sera directement rattaché à Guillaume Pepy.

Autre nomination, celle de Joël Lebreton, conseiller du président, qui "animera" la branche SNCF Proximités. Le communiqué précise que "les dirigeants de TER, Intercités, Transilien et Keolis rendront compte de leurs activités au président de SNCF".


Robert Viennet


avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Lun 18 Juin 2012 - 19:54



LA DEUTSCHE BAHN DE NOUVEAU DANS LE VISEUR DE BRUXELLES




Selon l’AFP, la Commission européenne aurait ouvert, le 13 juin, une procédure visant la Deutsche Bahn et plusieurs de ses filiales concernant d’éventuelles ententes et abus de position dominante.
Ce n’est pas la première fois que la Commission européenne s’intéresse à la Deutsche Bahn. C’est aujourd’hui sa filiale DB Energie GmBH qu’elle soupçonne de vendre de l'électricité pour les locomotives à un prix préférentiel à sa maison-mère par rapport à ses concurrents.

Un prix d’ami ?

© DR

Faisant l’objet d’une procédure formelle déposée le 13 juin 2012 pour ententes et abus de position dominante, c’est bien l’ensemble du système que la Commission européenne entend dénoncer. "Nous souhaitons vérifier si les remises accordées sur le prix du courant de traction par DB Energie GmBH aux entreprises ferroviaires opérant en Allemagne sont synonymes de prix plus élevés pour les concurrents de Deutsche Bahn, qui souffriraient de ce fait d'un handicap sur le marché du transport ferroviaire de marchandises et de passagers", assure l’institution. Interrogée par l'AFP, la DB Energie GmBH n'a pas souhaité commenter cette décision. "Nous prenons note de l'enquête. Nous allons contribuer comme par le passé à l'éclaircissement des faits", a déclaré un porte-parole de l’entreprise. Notons que l’an dernier, la compagnie ferroviaire avait déjà fait l’objet de vérifications dans ses locaux suite à plusieurs plaintes pour position dominante.

avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Lun 18 Juin 2012 - 19:56



Insolite. Près d’Angers, le TGV retardé par un… sèche-cheveux



Un TGV reliant Paris au Croisic a été retardé à cause d’un câble jeté sur une caténaire, non loin de la gare d’Angers.
Archives Ouest-France

Le TGV de 13 h 55 au départ de Paris, à destination du Croisic (Loire-Atlantique), a été retardé une heure ce mardi après-midi, par un acte de malveillance. Un câble avait été jeté sur une caténaire, non loin de la gare d’Angers. Un sèche-cheveux était fixé au bout du câble.

Malveillance

Le conducteur d’un train, passé peu de temps avant sur l’autre voie, a donné l’alerte. Un câble se trouvait entortillé sur une caténaire, à 2 km de la gare d’Angers.

Le trafic a aussitôt été interrompu dont un TGV qui arrivait en provenance de Paris et se rendait au Croisic, vers 15 h 15.

Le TGV est reparti en arrière, pour prendre de l’élan afin de pouvoir baisser son pantographe et arriver ainsi en gare d’Angers.

Sèche-cheveux

La manœuvre a pris une heure. Du coup, le TGV n’est allé que jusqu’à Saint-Nazaire. Pour pouvoir repartir à l’heure dans l’autre sens. Les passagers voulant se rendre au Croisic ont pris un TER.

La SNCF déplore un nouvel acte de malveillance. « Cela ne fait aucun doute. Au bout du câble d’antenne télé, l’équipe d’intervention a retrouvé un sèche-cheveux. Un poids qui permet de faire tournoyer le câble autour de la ligne électrique. »

avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Lun 18 Juin 2012 - 19:58



SNCF. Des TGV low-cost avec billet à prix unique

La SNCF devrait proposer à partir de l’année prochaine un tarif de billet unique et bon marché, sur un TGV low-cost, à moins de 25 €. La contrepartie ? Des « conditions de voyage moins agréables », affirme RTL, ce lundi.

Billets TGV à moins de 25 € ?

« Des prix très bas, moins de 25 € c’est-à-dire encore moins cher que le meilleur des tarifs en Prem’s et a priori le même prix pour tout le monde que vous soyez le premier ou le dernier à réserver », précise RTL.

Les trains, à destination de Montpellier et Marseille, partiront de la gare Marne-la-Vallée-TGV en passant par Lyon-Saint-Exupéry et accueilleront « un maximum de passagers » à bord de quatre rames en duplex utilisées à cet effet, ne disposant pas de la première classe et du wagon-restaurant, développe RTL.

Les billets, non remboursables, ne pourront être achetés que sur internet et les voyageurs ne pourront emporter qu’un seul bagage, le deuxième pouvant devenir payant, à l’image de ce que proposent les compagnies aériennes à bas coûts, avance la radio.

La SNCF travaille à l’élaboration du tarif

Jointe par téléphone, la SNCF n’a pas souhaité commenter ces informations.

Dans un entretien aux Echos en avril, la directrice générale de SNCF Voyages Barbara Dalibard avait indiqué que la SNCF travaillait à l’élaboration d’un TGV low-cost dans le cadre d’une « meilleure segmentation de l’offre, en examinant attentivement les besoins exprimés par les différents clients ».

« Certaines personnes souhaitent encore plus de confort et de services, ce à quoi nous répondons entre autres avec l’offre Pro Première. D’autres demandent qu’on leur propose une activité durant le trajet, c’est le cas par exemple avec IDzap sur IDTGV », avait-t-elle souligné.

« D’autres encore sont très sensibles au prix, et le font primer sur un certain nombre d’autres aspects », avait-elle poursuivi. « Pour répondre à cette dernière clientèle, nous travaillons effectivement sur une offre TGV low-cost », avait reconnu Mme Dalibard, sans autre précision.



Dernière édition par Nono38 le Mar 19 Juin 2012 - 19:14, édité 1 fois
avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Mar 19 Juin 2012 - 19:11



RER B : la RATP et la SNCF consultent les syndicats sur le projet de poste de commandement unique

Depuis 2010, les conducteurs de la RATP et de la SNCF sont indifféremment derrière le volant des RER de bout en bout de la ligne B. Plus besoin de changer systématiquement de machinistes à gare du Nord. Fin 2012, un poste de commandement unifié devrait être sur les rails pour tenter d'améliorer la ponctualité et l'information voyageurs. La négociation avec les syndicats cheminots a été lancée le 18 juin.


Début 2012, la SNCF et la la RATP avaient créé un groupe de travail en vue de piloter d'une seule main le RER B grâce à un poste de commandement unique, et un directeur de ligne unique.
Objectif, améliorer la ponctualité des trains et l'information voyageurs sur cette ligne saturée qui accueille chaque jour 900 000 voyageurs (+ 35% de trafic entre 2000 et 2010) et emprunte l'un des tunnels le plus chargé au monde entre Châtelet-les-Halles et gare du Nord (1 000 trains/jour).

Aujourd'hui, l'exploitation de la ligne B est assurée et gérée par la RATP entre Saint-Rémy-les-Chevreuse au sud de Paris, et gare du Nord. La SNCF prend ensuite le relais jusqu'à Roissy-Charles de Gaulle.


© N.A

"La RATP et la SNCF proposent de placer l'exploitation de la ligne B du RER sous l'autorité d'une seule équipe commune. C'est une orientation que je ne peux que valider et dont je souhaite qu'elle soit mise en œuvre aussi tôt possible", avait déclaré Nicolas Sarkozy au moment de l'inauguration des nouvelles rames à deux niveaux sur le RER A, le 5 décembre 2011

Message, alors présidentiel, reçu par Guillaume Pepy et Pierre Mongin, respectivement présidents de la SNCF et de la RATP, qui avaient lancé illico un groupe de travail en vue de la mise en place de ce poste de commandement unique, si possible fin 2012.

Le 18 juin, ils ont reçu les syndicats cheminots pour entamer les négociations, "à la recherche de la meilleure coordination possible entre les deux entreprises", observe Guillaume Pepy dans un communiqué commun avec la RATP.
"Je ne pense pas que c'est un poste de commandement unifié qui va vraiment permettre d'améliorer l'efficacité du RER B, relève Roger Dillinsenger, de l'Unsa. La priorité, ce sont les investissements d'infrastructures. Par ailleurs, qui va le gérer : il va falloir créer une nouvelle structure juridique ?", s'interroge le syndicaliste.

Pour rappel, le nouveau contrat signé mi-mars 2012 entre la RATP et le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) prévoit
6,5 milliards d'investissement sur 4 ans
pour le réseau des transports franciliens exploité par la Régie

Nathalie Arensonas



Dernière édition par Billy le Mar 19 Juin 2012 - 19:14, édité 1 fois (Raison : Ajout de la source)
avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Mer 20 Juin 2012 - 14:26



COMMANDEMENT UNIFIÉ DU RER B : LES PARTENAIRES SOCIAUX ONT ÉTÉ REÇUS

Les présidents de la RATP et de la SNCF ont reçu, le 18 juin, les partenaires sociaux des deux entreprises publiques de transport. Cette rencontre avait pour but d'aborder le projet de commandement unifié de la ligne B du RER francilien prévu pour 2013.

Un pas de plus vers l’unification. Pierre Mongin, pdg de la RATP, et Guillaume Pepy, président de la SNCF, ont reçu le 18 juin les partenaires sociaux des deux compagnies nationales « pour aborder avec elles le projet de commandement unifié du RER B », indique la RATP.


© DR

L’unification du commandement de la ligne B du RER, pourrait être effective dès 2013, selon le souhait des deux compagnies. Elle devrait permettre "une meilleure coordination des deux entreprises en matière de régulation, d’information des voyageurs, de coordination avec les gares, et de traitement des incidents, au bénéfice direct des voyageurs et de la ponctualité ", a souligné Pierre Mongin.

Vers un centre de commandement commun

Vers un centre de commandement commun

Afin de mettre en œuvre cette fluidification, il est prévu la création, dès la fin 2012, d’un centre de commandement unique qui sera chargé de la gestion de la circulation.

Cette rencontre fait suite à la mise en place, en février 2012, d’un groupe de travail visant à étudier la possibilité d’une telle unification. A l'issue de la réunion du 18 juin, il a d'ailleurs " été décidé de faire évoluer la lettre de mission des responsables désignés pour approfondir le projet et mener à bien la concertation avec les instances représentatives des deux entreprises ", précise le document.
Le projet de regroupement, inscrit dans le schéma directeur de la ligne B, a pour sa part été lancé dès 2009 par les deux sociétés publiques de transport.

La ligne B du RER, empruntée chaque jour par 900 000 voyageurs, est exploitée au nord par la SNCF (de la Gare du Nord à Aéroport Charles-de-Gaulle et Mitry-Claye) et au Sud par la RATP (de Gare du Nord à Saint-Rémy-lès-Chevreuse et Robinson). Elle permet de relier les deux aéroports franciliens en 1h15 (CDG et Orly)

avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Mer 20 Juin 2012 - 21:36



L'été de tous les travaux sur les lignes Transilien

Voies, signalisation, alimentation électrique, réhaussement des quais pour les rendre accessibles à tous, nouvelles infrastructures ferroviaires. Le rythme des travaux sur les lignes Transilien est particulièrement soutenu cet été. En phase avec le programme de rénovation des infrastructures ferroviaires de Réseau ferré de France. Les voyageurs vont devoir une nouvelle fois s'adapter car les horaires vont être chamboulés et certaines interconnexions supprimées.


110 millions d'euros de travaux sont prévus cet été sur les lignes Transilien. © DR

Réparer l'été pour mieux rouler le reste de l'année. C'est le principe des traditionnels travaux de rénovation sur le réseau ferroviaire d'Ile-de-France pendant les vacances estivales, lorsque le trafic baisse d'environ 15%. "Ces travaux permettront d'éviter des pannes futures, sachant qu'un rail cassé, ce sont 200 à 300 trains impactés", assure François-Régis Orizet, directeur régional chez Réseau ferré de France (RFF).

Mais cet été en particulier, cela va être rock'n roll sur le réseau Transilien, les lignes de RER et de trains franciliens qui voient circuler quotidiennement 7 500 trains avec trois millions de voyageurs à bord (soit 40% des circulations ferroviaires sur 10% du réseau ferré national).

En deux mois, RFF et SNCF Infra vont réaliser 30% de tous les travaux de l'année. Soit plus de 110 millions d'euros d'investissement dont 20 millions pour la seule gare du Nord où se croisent plusieurs lignes de RER et de trains de banlieue. "Il n'y aura pas que le traditionnel RER C qui va subir des travaux, mais tous les RER", prévient Bénédicte Tilloy, directrice générale de Transilien.

La circulation sur les cinq lignes de RER et une partie des lignes de train de banlieue va être modifiée le temps des travaux qui vont permettre de renouveler plus de 70 kilomètres de rails, 156 000 tonnes de ballast et 30 000 traverses.

Les dix principaux chantiers de l'été
RER A : renouvellement des voies sur la branche Cergy
RER B : rehaussement des quais dans trois gares : La Courneuve Aubervilliers, Le Bourget, la Plaine Stade de France
RER C : renforcement des tunnels dans Paris intra muros, le long de la Seine
RER D : renouvellement des voies au sud de la ligne
RER E : renouvellement des voies dans le tunnel intra muros. Conséquence : fermeture du tunnel entre Magenta et Haussmann Saint-Lazare
Gare du Nord : renouvellement des voies et des aiguillages à l'entrée de la gare. Conséquences : impact sur les RER B, D, et les lignes H et K
Gare Saint-Lazare : modernisation des commandes des aiguillages à l'entrée de la gare
Modernisation du nœud ferroviaire de Corbeil-Essonnes et création de la gare Créteil-Pompadour
ligne L : renouvellement des voies entre Poissy et Maisons Laffitte
Ligne H : travaux de maintenance des voies


Bénédicte Tilloy, directrice générale de Transilien. © Sébastien Godefroy - SNCF

Smileys

Les "trains usines", ces trains qui refont les voies, soulèvent les rails, les traverses, déblaient le ballast etc. entrent en manœuvre dès le 15 juillet. Les travaux les plus lourds auront lieu entre le 13 et le 19 août 2012, au cœur de l'été "pour réduire au minimum les désagréments", peut)-on lire sur la brochure distribuée aux voyageurs dans les gares franciliennes.
Au dos de ce document, un calendrier des incidences sur les déplacements avec des smileys signifiant quand la situation sera normale ou perturbée.

"C'est la variabilité des horaires qui va être le plus pénalisant pour les voyageurs, d'où la nécessité de s'informer pour éviter les mauvaises surprises", ajoute Bénédicte Tilloy. Dans les cas de supressions de trains, des navettes bus seront mises en service, "au total, 5 000 bus qui vont assurer 25 000 rotations", souligne la représentante de la SNCF.

Cent dix agents supplémentaires reconnaissables à leurs gilets orange vont être déployés fin juin en gare du Nord, point névralgique où se croisent cinq lignes Transilien et où l'interconnexion va être supprimée le temps des travaux. Obligeant les voyageurs qui arrivaient dans la gare souterraine à monter en surface pour changer de RER ou de trains.




Une campagne d'affichage et un site web dédié ont été lancés, et en plus de la "bulle" d'information devant les quais des Transilien en gare du Nord, un "Espace Info travaux" blanc et rose fuschia a été installé où des agents fourniront des fiches horaires personnalisées afin de d'aiguiller les voyageurs désorientés de l'été.


Nathalie Arensonas


avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Jeu 21 Juin 2012 - 22:40



Rail-concurrence : le coup de poker de Guillaume Pepy

Dans un courrier au Premier ministre dont Mobilicités s'est procuré une copie, le patron de la SNCF interpelle le gouvernement sur le double cadre social dans le secteur ferroviaire qui naîtrait de la signature d'une convention collective fret, avant celle du transport de voyageurs. Elle devait être soumise à la signature des organisations syndicales le 28 juin 2012. Parfait timing pour semer le doute chez les cheminots et tenter d'influencer Matignon.


Guillaume Pepy, président de la SNCF. © DR

Ce devait être pour le 28 juin 2012. Après trois années de négociations entre l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) et les organisations syndicales, la signature finale de la convention collective du fret devait être bouclée juste avant l'été.
Patatras, le 1er juin, Guillaume Pepy, président de la SNCF, envoit un courrier au Premier ministre Jean-Marc Ayrault et à son ministre du Travail, Michel Sapin.
Objet de la missive : "Recours gracieux contre le décret du 27 avril 2010 instituant un double cadre social dans le secteur ferroviaire". Recours gracieux, pour ne pas dire abrogation.

Ce décret a entériné l'accord paritaire conclu sous l'égide de l'UTP : il fixe la durée de travail des salariés des entreprises privées de fret ferroviaire (ils sont environ 2 000) qui relèvent du droit du travail. A l'inverse, l'organisation du travail des agents de la SNCF (congés, repos, récupération, temps de service etc.) découle d'une loi de 1940 et est formalisée par des textes internes à la compagnie ferroviaire publique, les "RH".

Signature de la convention collective reportée

Avant de soumettre à la signature des organisations syndicales l'ensemble de la convention collective du fret ferroviaire s'appliquant aux salariés du privé, l'UTP attendait de conclure avec elles le dernier volet, celui sur la prévoyance (la CFDT voulant se prononcer sur le texte global, et non pas accord par accord).

La date du courrier de Guillaume Pepy n'est donc pas anodine : juste avant la signature de cette convention collective qui servira de base à celle du transport ferroviaire voyageurs en vue de l'ouverture à la concurrence des lignes TER et des Trains d'équilibre de territoire imposée par Bruxelles d'ici à 2019.
L'UTP préfère rayer la date du 28 juin de son agenda, "Dans l'attente de la réponse du gouvernement aux questions soulevées par Guillaume Pepy", avance prudemment Bruno Gazeau, délégué général de l'organisation patronale qui compte parmi ses adhérents à la fois la SNCF et les entreprises ferroviaires privées (Euro Cargo Rail, Europorte, VFLI, EurailCo, Colas Rail).

"Les autres accords (organisation et aménagement du temps de travail, contrat de travail et classifications, formation, ndlr) sont signés, étendus et ils s'appliquent", observe toutefois Sylvette Mougey, directrice du département des affaires sociales à l'UTP.

"Dumping social"

Selon Guillaume Pepy, la démarche des pouvoirs publics sous la présidence de Nicolas Sarkozy a consisté à "retenir un périmètre excluant les personnels de la SNCF, conduisant à faire coexister deux régimes sociaux concurrents au sein d'un même secteur d'activité (...) Le volet fret va donc entériner des écarts considérables de situation et de conditions d'emploi entre les salariés, selon qu'ils relèvent du privé ou de l'opérateur historique (la SNCF, ndlr)", poursuit le patron de la compagnie publique.
Qui considère que le risque de "dumping social" hypothèque l'avenir de Fret SNCF, lequel n'est déjà très rose avec plus de 400 millions de pertes en 2011.

"Dumping social", l'expression a toutes les chances de résonner aux oreilles d'un gouvernement de gauche, a peut-être pensé le patron de la compagnie ferroviaire publique qui prône un "cadre social harmonisé" pour le secteur ferroviaire.

Du côté des organisations patronales, UTP et Afra (Association française du rail), on s'accorde sur la nécessité d'une loi pour encadrer la négociation d'une convention collective du transport ferroviaire de voyageurs. Pour que cette fois, la SNCF et les entreprises privées se retrouvent autour de la même table des négociations.

Fin août 2011, dans la foulée des Assises du ferroviaire, le gouvernement Fillon avait justement chargé le président de la section sociale du Conseil d'Etat, Olivier Dutheillet de Lamothe, de mettre en place un groupe de travail pour imaginer l'harmonisation de l'organisation du travail dans toutes les entreprises ferroviaires, SNCF et privées.
L'enjeu, c'est de définir clairement les conditions de transfert des agents de la SNCF si l'entreprise publique perd un marché contre un nouvel entrant, mais aussi de s'assurer que l'organisation du travail soit la même pour les cheminots du public et du privé. Sans toucher au fameux statut des agents SNCF. Difficile exercice d'équilibre.

Dans son courrier, Guillaume Pepy évoque un rapport de Dutheillet-Lamothe et affirme que les modalités techniques d'un cadre social harmonisé y sont instruites. Ce rapport n'a pas été rendu public.

Matignon goûte peu l'initiative

La démarche déplaît évidemment aux autres acteurs du rail, ils la considèrent comme un coup de force du président de la SNCF. Mais surtout, elle a été très mal ressentie par le gouvernement - et notamment par Matignon - tant sur la forme que sur le fond, selon une source proche du dossier.
A l'évidence, Guillaume Pepy a court-circuité ses ministres de tutelle et cherché à dicter sa ligne ferroviaire au nouveau gouvernement.


Nathalie Arensonas et Marc Fressoz


avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Jeu 21 Juin 2012 - 22:44



COMMANDEMENT UNIFIÉ DU RER B : LES PARTENAIRES SOCIAUX ONT ÉTÉ REÇUS

Les présidents de la RATP et de la SNCF ont reçu, le 18 juin, les partenaires sociaux des deux entreprises publiques de transport. Cette rencontre avait pour but d'aborder le projet de commandement unifié de la ligne B du RER francilien prévu pour 2013.

Un pas de plus vers l’unification. Pierre Mongin, Pdg de la RATP, et Guillaume Pepy, président de la SNCF, ont reçu le 18 juin les partenaires sociaux des deux compagnies nationales "pour aborder avec elles le projet de commandement unifié du RER B", indique la RATP.

L’unification du commandement de la ligne B du RER, pourrait être effective dès 2013, selon le souhait des deux compagnies. Elle devrait permettre "une meilleure coordination des deux entreprises en matière de régulation, d’information des voyageurs, de coordination avec les gares, et de traitement des incidents, au bénéfice direct des voyageurs et de la ponctualité ", a souligné Pierre Mongin.


© DR

Vers un centre de commandement commun

Afin de mettre en œuvre cette fluidification, il est prévu la création, dès la fin 2012, d’un centre de commandement unique qui sera chargé de la gestion de la circulation.

Cette rencontre fait suite à la mise en place, en février 2012, d’un groupe de travail visant à étudier la possibilité d’une telle unification. A l'issue de la réunion du 18 juin, il a d'ailleurs "été décidé de faire évoluer la lettre de mission des responsables désignés pour approfondir le projet et mener à bien la concertation avec les instances représentatives des deux entreprises", précise le document.
Le projet de regroupement, inscrit dans le schéma directeur de la ligne B, a pour sa part été lancé dès 2009 par les deux sociétés publiques de transport.

La ligne B du RER, empruntée chaque jour par 900 000 voyageurs, est exploitée au nord par la SNCF (de la Gare du Nord à l'aéroport Charles de Gaulle et Mitry-Claye) et au Sud par la RATP (de Gare du Nord à Saint-Rémy-lès-Chevreuse et Robinson). Elle permet de relier les deux aéroports franciliens en 1h15 (CDG et Orly).



avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Jeu 21 Juin 2012 - 22:46



Le 19 juin 2012, plusieurs directions régionales de la SNCF ont signé un accord avec le ministère de la Justice afin de favoriser l’accueil par l’entreprise de personnes condamnées à effectuer des mesures de réparation pénale, des travaux d’intérêt général ou des stages de citoyenneté.



Déjà impliquée dans un processus de réinsertion sociale par le biais de différentes actions, la SNCF a, cette fois, choisi de se pencher sur le sort des personnes condamnées à effectuer des mesures de réparation pénale, des travaux d’intérêt général ou des stages de citoyenneté. C’est en tout cas l’objectif de cette convention signée le 19 juin 2012 par les directions régionales SNCF Alsace, Bourgogne/Franche-Comté, Champagne/Ardenne et Lorraine et le ministère de la Justice par le biais de l'administration pénitentiaire et la protection judiciaire de la jeunesse.

157 personnes déjà concernées

Rétrospectivement, un premier accord national du même acabit avait déjà été signé en 2007 et avait permis de réaliser des actions en matière de réparation pénale : stages citoyenneté ou de formation civique, stages de découverte, chantiers d’insertion, travaux d’intérêt général. Grâce à cette initiative, 81 personnes ont été accueillies pour des travaux d’intérêt général et 76 pour des actions de réparation pénale dans les régions du nord-est depuis 2009.


avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Jeu 21 Juin 2012 - 22:48



Les lignes A, B, C, D, E, H, K et L se préparent à passer l’été dans le gros œuvre. En effet, la SNCF et Réseau Ferré de France (RFF) ont décidé de profiter de la période estivale pour mener de front une dizaine de chantiers.


© DR

Cet été en Ile-de-France, la SNCF et Réseau Ferré de France (RFF) comptent bien profiter de la baisse de fréquentation de 10% en juillet et 15% en août pour mener à bien une dizaine de chantiers de modernisation. Renouvellement des installations anciennes, relèvement de quais ou créations de nouvelles infrastructures, "pour nous, tout l’enjeu sera d’évoluer dans des espaces contraints en perturbant le moins possible la vie quotidienne des usagers", confie François-Régis Orizet, directeur régional de RFF.

Un programme déployé depuis quatre ans

Cette opération estivale n’est que la partie visible de l’iceberg ou plutôt d’un programme de modernisation doté d’investissements conséquents engagés par les deux structures depuis quatre ans. A eux seuls, les deux prochains mois de travaux ont nécessité un budget de 100 millions d’euros dans un contexte où "les investissements de modernisation ont porté sur 300 millions d’euros par an jusqu’en 2008, puis sur 600 millions d’euros en moyenne par an de 2008 à 2012. Pour la période 2013-2020, ils atteindront 1,2 milliard d’euros", explique François-Régis Orizet.

Des bus en renfort

Pour pallier les interruptions de la circulation de certaines lignes, les deux structures ont également réfléchi à des solutions de repli avec des navettes de substitution. "Pendant les deux mois d’été, nous mobiliserons 5000 bus qui effectueront 25 000 rotations", prévoit Bénédicte Tilloy, directrice générale de SNCF Transilien. Autre incontournable : le déploiement d’un dispositif d’information des voyageurs avec 170 agents d’information supplémentaires, des fiches horaires détaillées pour chaque ligne en travaux, ou la création d’un mini-site internet dédié.


avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Ven 22 Juin 2012 - 17:59



Gouvernance ferroviaire : les usagers des transports ne veulent pas que la SNCF soit le seul commandant de bord


La Fédération nationale des usagers de transport (Fnaut) considère que s'il faut regrouper la gestion de l'infrastructure ferroviaire dans une seule entité, la création d'une holding unifiant la SNCF et Réseau ferré de France n'est pas nécessaire et serait même dangereuse. L'association regrette que le débat sur la gouvernance fasse de l'ombre à l'essentiel : la vision de long terme de l'Etat sur le rôle du rail et son financement.


La nouvelel gare Saint-Lazare inaugurée fin avril 2012. © Christophe Recoura

Faut-il regrouper dans une même holding Réseau ferré de France (RFF) et la SNCF comme en Allemagne enre la Deutsche Bahn et DB Netz ?
A cette question, qui a été au centre des Assises du ferroviaire organisées par le précédent gouvernement (voir ci-contre "Sur le même sujet"), la Fédération nationale des usagers de transport (Fnaut) répond "non".

Pour Jean Sivardière, son président qui s’exprimait le 21 juin 2012 lors d’une conférence de presse, s’il faut bien rassembler dans une seule entité tous les personnels chargés de la gestion des infrastructures ferroviaire à savoir, RFF, les 14 000 horairistes de la direction de la circulation ferroviaire (DCF rattachée à la SNCF) et les 41 000 agents de SNCF Infra, il n’est pas utile et, il serait même "dangereux" que la gestion de l’infrastructure et l’exploitation commerciale des trains soient pilotées par la seule SNCF.

La Fnaut ne mâche pas ses mots : "Redonner tout le pouvoir à la SNCF en lui confiant le pilotage du système ferroviaire, alors que l’Etat n’est pas en capacité aujourd’hui de la contrôler, est dangereux car sa stratégie de régression actuelle répond à ses intérêts propres à court terme et non à ceux des clients du rail et de la collectivité" explique la fédération qui considère que la création de RFF a permis "l’apparition d’une expertise technique (…) indépendante de la SNCF" et "l’émergence d’idées innovantes et de préocupations auparavant négligées par la SNCF".

Etat fort

Pour les représentants des usagers, le modèle allemand, selon lequel la Deutsche Bahn pilote à la fois l’exploitation et la gestion de l’infrastructur (vanté pour ses résultats mais actuellement dans le collimateur de la Commission européenne), n’est pas transposable en France. "Le succès du rail en Allemagne est davantage dû à la politique de l’Etat qu’au modèle juridique de la holding", selon Jean Sivardière qui préconise un modèle dans lequel l’Etat reprendrait toutes ses prérogatives.

"La gouvernance du ferroviaire est un débat stérile tant que nous n’avons pas plus de visibilité et sans avoir élaboré un plan rail réaliste à l’image de ceux élaborés en Suisse ou en Suède", a insisté le représentant des usagers du transport, ajoutant que "l’usager du rail, voyageur ou chargeur, a été le grand oublié des Assises du ferroviaire".
Ainsi avant de s’interroger sur les rôles respectifs de RFF et de la SNCF dans cette gouvernance, il faudrait répondre à une dizaine de questions que la Fnaut considère comme essentielles :

quelle offre ferroviaire voulons-nous en France à horizon 2030 ?
Quels pourraient être les rôles respectifs du train et de l'autocar ?
A quoi doit ressembler le réseau ferré ?
Autant d’interrogations qui renvoient au rôle de l’Etat accusé de ne pas avoir su désendetter RFF comme il s’y était engagé en 1997, au moment de la création du gestionnaire des infrastructures ferroviaires. Une résorption de la dette indispensable et qui ne pourra se faire "en douceur" que grâce aux écotaxes, estime Jean Sivardière.
Dans le modèle préconisé par la Fnaut, les différents acteurs du ferroviaire français à savoir l’autorité de régulation du rail (l’Araf), l’Etat, Gares & Connexions et les opérateurs (la SNCF mais aussi les entreprises privées), doivent être mieux associés aux réflexions.
"Les opérateurs ferroviaires connaissant les perspectives d’évolution du réseau et des péages, doivent être forces de proposition pour le moyen et le long terme". Une position qui fait écho à celle exprimée récemment par l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP)


Robert Viennet

avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Ven 29 Juin 2012 - 19:13



Le RER A prend de la hauteur

Le conseil d'administration de la RATP confirme l'achat de 70 rames à deux niveaux au consortium Alstom-Bombardier pour le RER A, ce qui va augmenter de 30% la capacité de la ligne "millionnaire". Le conseil a aussi confirmé l'achat de huit métros supplémentaires automatiques pour la ligne 14 dans le cadre du prolongement vers Mairie de Saint-Ouen. Objectif, désaturer la ligne 13.


Les nouvelles rames MI09 à deux étages sur la ligne du RER A. © Christophe Recoura

Réuni le 29 juin 2012, le conseil d’administration de la RATP a voté la tranche optionnelle du marché des rames à deux niveaux, les MI09, destinés au RER A. La première rame à impériale a été mise en service sur cette ligne en décembre 2011, inaugurée par Nicolas Sarkozy, alors président de la République qui avait pris son RER de campagne et dressé le bilan de la nécessaire modernisation des transports franciliens.

Sur les 60 premiers matériels à deux niveaux attendus d’ici à janvier 2014 sur cette ligne saturée du RER pour remplacer d'anciennes rames pouvant accueillir 40 à 50% moins de passagers, dix circulent à ce jour (en juin 2012) sur le RER A. L’achat de ces 70 rames supplémentaires va permettre, d’ici à 2017, de remplacer le matériel MS61, le plus vieux en service sur la ligne "millionnaire" qui transporte plus d'un million de voyageurs quotidiens sur un axe est-ouest de l'Ile-de-France, et a vu son trafic bondir de 20% depuis 2002.


Au total, le programme d’acquisition des 130 rames (60+70) MI09 représente plus de deux milliards d'euros (dont un milliard pour la tranche conditionnelle). Financé à hauteur de 1,350 milliard par la RATP et à 650 millions par le Syndicat des transports d'Ile-deFrance (Stif), dans le cadre du plan quadriennal d’investissement inscrit au dernier contrat entre la RATP et le Stif .


Nouveaux trains sur la ligne 14 pour désaturer la 13

"La mise en service complète des 130 rames MI09 va augmenter la capacité de transport de la ligne A de 30 %. Elle signifie aussi une standardisation du parc sur la ligne A, avec 100 % de matériels roulant à deux niveaux, et une simplification de l’exploitation (formation du personnel simplifiée, diminution des contraintes de maintenance etc.)", explique le communiqué de la RATP.

Par ailleurs, pour désaturer la ligne 13 du métro parisien en prolongeant la ligne automatique 14 à Mairie de Saint-Ouen en 2017 (schéma de principe adopté par le STIF et la RATP en octobre 2011), il faut acheter 14 trains de six voitures (matériel sur pneus) supplémentaires.
Le conseil d'admnistration de la RATP du 29 juin a confirmé l'achat de huit trains supplémentaires MP05, et autorisé l’achat de huit trains supplémentaires. Coût total du marché, 549 millions d'euros. Ces 14 nouveaux trains automatiques sont financés par le Stif.


Intérieur des nouvelles rames à impériale du RER A. © Christophe Recoura


Nathalie Arensonas

avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Ven 29 Juin 2012 - 19:13



ALSTOM-BOMBARDIER LIVRERA 70 TRAINS À LA RATP POUR LE RER A

La RATP a confirmé ce jour, 29 juin, l'achat auprès du groupement Alstom-Bombardier de 70 nouvelles rames destinées à la ligne A du RER francilien. Il s'inscrit dans un programme d'acquisition de 130 rames représentant un coût total de plus de deux milliards d'euros.

La Régie autonome des transports parisiens (RATP) vient d’annoncer qu'elle allait commander au groupement Alstom-Bombardier, 70 nouveaux trains pour la ligne A du RER francilien. Cette décision a été prise à l'issue de son Conseil d'administration tenu ce jour, 29 juin. Le coût de cette acquisition est d'un milliard d'euros.
Cette commande correspond à une levée d'option d'un contrat signé en avril 2009 comprenant une première livraison de 60 rames et dont dix sont d’ores et déjà en circulation.
Au total, se sont donc 130 rames qui ont été commandées pour la somme de plus deux milliards d'euros, financées "à hauteur de 1,35 milliard d'euros par la Régie francilienne et pour 650 millions d'euros par le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif)", indique le communiqué de la RATP.


© DR

Une capacité de transport plus importante

Les véhicules, des MI09 à deux niveaux, devraient être livrés entre 2014 et 2016. D’une capacité de 2600 places, ils remplaceront, dès 2017, les MS61, plus vieux trains encore en circulation sur la ligne. Selon la RATP, "la mise en service complète des 130 rames MI09 va accroître la capacité de transport de la ligne A de 30 %. Elle signifie en outre une standardisation du parc de la ligne, avec 100 % de matériels à deux niveaux, et une simplification de l’exploitation".

La volonté de remplacement des anciennes rames fait suite à un plan d’amélioration lancé par le Stif et la RATP en 2008 visant à désengorger le RER A. Cette ligne qui dessert l'Ile-de-France sur l'axe Est-Ouest, est empruntée quotidiennement par plus d'un million de voyageurs.


avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Ven 29 Juin 2012 - 19:14



Le Conseil économique et social prône des TER privés à partir de 2015

Dans un projet d'avis voté le 27 juin 2012 en assemblée plénière, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) suggère d'expérimenter la mise en concurrence des transports express régionaux à partir de 2015 dans quelques régions pilotes. L'ancien gouvernement avait avancé la date de 2014 en conclusion des Assises du ferroviaire. Le nouveau ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, ne veut pas se laisser "déborder par les principes des autres".


Les lignes ferroviaires intérieures devront être ouvertes à la concurrence en 2019, échéance fixée par Bruxelles pour les Etats membres de l'Union européenne. © Christophe Recoura

Les experts du palais d'Iéna ont voté fin juin en séance plénière un avis sur "L'ouverture de la concurrence des services ferroviaires régionaux de voyages" (1)
Ces premiers tests consistant à autoriser des opérateurs privés à exploiter des lignes des TER (après appel d'offres) devraient être menés à petite échelle, dans "trois à six régions" et seulement sur certaines lignes, préconise le Conseil économique, social et environnemental (Cese).
Une directive européenne de 2009 impose en effet aux Etats membres d'être en mesure d'ouvrir le transport ferroviaire régional à la concurrence en 2019, dernier délai. Pour préparer les conditions de cette libéralisation du rail voyageurs, le Cese préconise d'anticiper l'échéance de quatre ans, en lançant l'expérimentation début 2015.


Contrat de quatre ans minimum sur des groupes de lignes

"Celle-ci, fondée sur un volontariat régional, pourrait être proposée à trois ou six régions via un appel à projets accompagné d'une subvention de l'Etat pour le financement des étapes de préparation", précise l'un des deux co-rapporteurs de l'avis, Jean-Marie Geveaux.
Le texte propose aussi de ne pas mener l'expérimentation sur une région entière, mais plutôt sur un groupe de lignes "cohérent et équilibré de taille moyenne". La durée des contrats devrait être de quatre ans minimum, mais plus longue si l'opérateur doit fournir le matériel roulant.


Frédéric Cuvillier, ministre délégué des Transports. © Christophe Recoura

"Ne pas se laisser déborder par les principes des autres"

Interrogé par Mobilicités lors de sa visite au Salon européen de la mobilité, début juin à Paris, sur la suite qu'il comptait apporter aux conclusions des Assises ferroviaires et la date de lancement annoncée - 2014 - pour expérimenter l'ouverture à la concurrence des TER et des Trains d'équilibre du territoire, Frédéric Cuvillier avait répondu : "Je ne suis pas persuadé que ce soit la question la plus urgente. Il y a peut-être eu une obsession d'ouverture à la concurrence (par la précédent gouvernement, ndlr), il faut que l'on prenne les choses dans l'ordre et ne pas nous laisser déborder par les principes des autres. Ce qui nous intéresse, c'est la qualité de services et les enjeux industriels du secteur ferroviaire".

Dans un communiqué du 27 juin au soir cité par l'AFP, Frédéric Cuvillier est tout aussi prudent : "La question de l'ouverture à la concurrence n'est pas un préalable à des évolutions nécessaires pour améliorer le transport ferroviaire de voyageurs".

Le ministre des Transports indique qu'il va examiner "avec la plus grande attention" les propositions du Cese. Rappelant que la question de la concurrence sera traitée au niveau européen. "Il ne s'agit pas d'aller au devant des obligations qui seront imposées dans ce cadre".

Nathalie Arensonas

avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Ven 29 Juin 2012 - 19:14



LA LIBÉRALISATION DU TER FRANCHIT UNE ÉTAPE



Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a adopté ce jour le projet d’avis intitulé "Ouverture à la concurrence des services ferroviaires régionaux de voyageurs".

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a adopté ce 27 juin le projet d’avis intitulé "Ouverture à la concurrence des services ferroviaires régionaux de voyageurs", à 136 voix pour, deux contre et 25 abstentions.
Le texte, portant sur la libéralisation progressive du transport ferroviaire régional, fait suite à la saisine du CESE, en juillet 2011 par l’ancien Premier ministre François Fillon, demandant l’avis du Conseil consultatif sur la question. L'ouverture à la concurrence, initiée par l’Union européenne le 3 décembre 2009, pourrait être effective en France dès la fin 2019.

Un enjeu crucial


Dans son projet d’avis, le CESE préconise de procéder à la libéralisation ferroviaire en plusieurs étapes : la constitution d’un comité de pilotage en 2013, suivi l’année d’après par le vote d’une loi et la mise en place dès 2015 d’une période d’expérimentation maîtrisée sur quelques régions. L'année 2018, quant à elle, sera consacrée l’harmonisation du cadre social.
"L’ouverture à la concurrence des services ferroviaires régionaux de voyageurs est un enjeu crucial pour la France, un des plus grands pays ferroviaires européen et dont la compétitivité industrielle dépend en partie de ce secteur", indique un communiqué du CESE. En effet, en France, 15% du transport ferroviaire est effectué par les TER, empruntés quotidiennement par 800 000 voyageurs.


Le CESE est une assemblée constitutionnelle consultative réunissant 223 conseillers issus notamment du patronat, des syndicats et des associations. Elle a pour fonction de favoriser, selon le Conseil, "la collaboration des différentes catégories socioprofessionnelles entre elles, et assure leur participation à la définition et l’évaluation des politiques publiques".


avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Lun 2 Juil 2012 - 14:16



Alstom est bien loti en Allemagne

Heureux qui comme Alstom vend beaucoup de trains en Allemagne… Le constructeur ferroviaire français y est assurément mieux servi que ses concurrents Siemens ou Bombardier en France.


Alstom fait son marché en Allemagne, alors qu'en France, ses concurrents ont du mal à percer. © N.A

Au moment où le constructeur allemand s’interroge sur les conditions dans lesquelles le marché du métro de Lille semble lui avoir échappé au profit d’Alstom, le porte-drapeau de la construction ferroviaire français a fait part le 28 juin 2012 d’un nouveau succès outre-Rhin.

Alstom vient en effet de signer avec la Deutsche Bahn (DB) la confirmation d'un contrat de 160 millions d’euros pour la livraison de 38 rames Coradia diesel supplémentaires destinées au sud-ouest du pays (dans les Länder de Rhénanie Palatinat, Hesse et Bade Wurtemberg).

"Cette commande comprend d’une part 14 rames de 112 sièges correspondant à l’accord-cadre signé en 2008 avec la DB et d’autre part, 24 rames de 160 sièges correspondant à la levée d’option d’un contrat signé en 2011", détaille le groupe.

2,5 milliards de commandes en Allmemagne depuis 2007

Ce n’est donc pas le premier contrat d’Alstom – notamment pour son train Coradia - qui a profité du renouveau du rail allemand boosté par la concurrence et par la multiplicité d’opérateurs ferroviaires. Il fournit aussi bien la DB, que Veolia ou des entreprises plus locales comme LNVG, HLB, Hamburger Hochbahn AG, Benex etc.

Selon un chiffrage établi par ses principaux concurrents, depuis 2007, Alstom aurait engrangé quelque 2,5 milliard d’euros de commandes dans le transport ferroviaire de voyageurs. Comme il a parfois répondu dans le cadre d’association avec Bombardier ou Vossloh, la part qui lui revient en propre serait de plus de 1,6 milliard d’euros sur la période. Soit un honorable volume d’affaires annuel moyen de plus de 320 millions d’euros dans le transport ferroviaire de voyageurs allemand.

Alstom Transport signale avoir réalisé outre Rhin un chiffre d’affaires global de 600 millions d’euros sur l’exercice 2011-2012 toutes activités de transport confondues. Et il revendique avec son Coradia Lint – 650 rames vendues en 15 ans - 70 % du marché des rames diesel sur les 10 dernières années.

Bref de quoi rendre jaloux son concurrent qui aimerait que par réciproque, le marché français dominé par la SNCF soit plus ouvert. On se souvient en effet du pyschodrame politico-industriel – alimenté par le patron d’Alstom Patrick Kron –qu’avait engendré l’achat par Eurostar, filiale de la SNCF, de rames à grande vitesse Siemens (lire ci-vontre "Sur le même sujet".


Site de production in situ

Il faut dire qu’Alstom a un argument à faire valoir auprès des donneurs d’ordre allemands : il possède un important site de production en Basse Saxe, à Salzgitter, qui usine les rames Coradia, et pourvoit environ 2 500 emplois. Ce que Siemens ne peut pas mettre autant en avant.

A l’évidence, la stratégie d’implantation industrielle choisie par Bombardier en France – à Crespin - est plus payante. Le Canadien fournit la SNCF en TER et RER ainsi que la RATP, et le 29 juin 2012, il a obtenu de quoi alimenter ses chaînes françaises dans le cadre d’une levée d’option annoncée par le Sndicat des tranbsports d'Ile-de-France (STIF) et la RATP pour la fourniture de 210 voitures à deux niveaux MI09 destinées à la ligne A du RER (lire "Le RER A prend de la hauteur"). Bombardier associé à Alstom assure un tiers de ce contrat-là.


Marc Fressoz









avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Jeu 5 Juil 2012 - 11:25



LA MODERNISATION DU RER D EN LIVE

Depuis le 3 juillet dernier, les voyageurs peuvent suivre en ligne toutes les étapes du projet de modernisation de la ligne D du RER.

Comprendre les enjeux et les objectifs du projet, se renseigner sur son évolution ainsi que sur les travaux en cours, tels sont les objectifs de l’ouverture du site internet dédié à la modernisation de la ligne D du RER francilien. Porté par le Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF) et financé par l’Etat, la Région Ile-de-France et Réseau Ferré de France (RFF), ce projet de modernisation entend améliorer la régularité et favoriser l’augmentation de la desserte qui passera en 2014 à 12 trains par heure en périodes de pointe au Nord de la ligne contre huit aujourd’hui.


© DR

Plusieurs types de contenus

Régulièrement actualisé, ce site mettra à la disposition des internautes plusieurs types de contenus : des interviews des partenaires et des acteurs de terrain, des reportages photos sur les travaux ou des documents téléchargeables. Déjà, d’autres enrichissements sont programmés pour les prochains mois. Parmi eux, une foire aux questions alimentée au fil de l’eau ou des séquences vidéos…

Pour en savoir plus :
http://www.modernisation-rerd.fr/index.htm



avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Ven 6 Juil 2012 - 11:51



Passage à niveau - Allinges : les mises en examen de la SNCF et RFF sont confirmées

A la veille du lancement d'une journée nationale de prévention sur les passages à niveau, le 6 juillet 2012, avant la première grande vague de départs en vacances, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Chambéry confirme les mises en examen de la SNCF et de RFF dans l'enquête sur la collision en 2008 entre un TER et un car scolaire à Allinges (Haute-Savoie) qui avait fait sept morts.


Campagne de prévention aux passages à niveau, à partir du 5 juillet 2012. © DR

"Il existe à l'encontre de RFF et de la SNCF (...) des indices graves ou concordants rendant vraisemblable qu'ils aient pu participer à la commission des infractions", écrit dans son arrêt la chambre de l'instruction (...) Des facteurs liés à la configuration, au mode de fonctionnement du passage à niveau (...) ont pu jouer un rôle dans l'accident", cite l'AFP de sources judiciaires.

"RFF et la SNCF ne peuvent se retrancher derrière la seule responsabilité du chauffeur de car, ou derrière leur ignorance de l'état de dangerosité du passage à niveau, ou de la liste des passages à niveau dits préoccupants, ou le manque de moyen notamment en personnel s'occupant des passages à niveau...", poursuit la chambre d'instruction.

Le 2 juin 2008, un TER assurant la liaison entre Evian-les-Bains et Genève avait percuté un autocar scolaire au passage à niveau de la commune d'Allinges, en haute-Savoie, tuant sept adolescents, âgés de 11 à 13 ans, et faisant 25 blessés.
Les juges d'instruction avaient décidé en janvier 2012 de mettre en examen RFF et la SNCF pour homicides et blessures involontaires.Trois mois plus tard, RFF avait fait appel, suivi peu après par la SNCF.
Jusque-là, seul le chauffeur du car, qui aurait mal engagé son virage au passage à niveau, était mis en examen pour les mêmes chefs d'accusation.

avec AFP


avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par stevendu22 le Ven 6 Juil 2012 - 22:14

Gare SNCF. Un projet «à ne pas rater»


Les élus de l'Agglomération ont fait le point, hier soir, sur le projet du pôle d'échange multimodal (PEM) à la gare SNCF qui doit être prêt en 2017 pour l'arrivée de laligne Bretagne grande vitesse.


«Une chance». Chargé de la présentation de ce point d'étape sur le projet, Claude Ribiéras, directeur général adjoint des services de l'Agglomération, est catégorique: «À Saint-Brieuc, on a la chance d'avoir une gare située à la limite du centre-ville». Selon Yannick Mayeux, adjoint au maire en charge des transports à Saint-Brieuc, les Quimpérois, qui ont une gare plus excentrée, nous envient.» «Un grand puzzle». Cette situation de la gare briochine est un atout quand on sait que le pôle d'échanges multimodal (PEM) consiste à «articuler toutes les façons de se déplacer (ferroviaire, voiture, transport doux, deux-roues, piéton», de la façon la plus intelligente possible. Ceci dit, il n'est qu'un élément d'«un grand puzzle» qui comprend la ligne de transports urbains est-ouest (TEO), véritable «colonne vertébrale»; la Zac de la gare, grand projet d'urbanisme du secteur de la gare porté par la ville; le plan de déplacement dans le centre-ville... Beaucoup plus de voyageurs. Si la question des accès à la gare est si importante, c'est parce que l'endroit accueillera à l'horizon 2017, deux millions de voyageurs contre 1,2millions aujourd'hui. Cette hausse du trafic proviendra pour 50% du TGV; et pour 50% d'un nombre accru de TER. Le projet briochin a d'ailleurs un «intérêt national» pour la SNCF et Réseaux ferrés de France. Un PEM nord et un PEM sud. Le PEM comprendra deux zones. Le nord de la gare, sera dédié presque exclusivement aux transports en commun, a expliqué Armelle Eloy, chef de projet à la ville. Du côté de Robien, il s'agit «d'ouvrir la gare au sud avec l'espace Sernam transformé en espace public, un parvis de qualité avec une vue dégagée sur la gare, une mise à double sens du boulevard Carnot et un lien avec la rue Jules-Ferry qui va devenir une nouvelle entrée de ville.» Parking en surface ou souterrain? Le choix n'est pas arrêté. Si on construit des places de stationnement à la place des entrepôts Sernam, le PEM reviendra 21,5M€ (HT), dont 10,7M€ à la charge de la Ville et l'Agglo. Si un parking souterrain de 250places est construit à cet endroit, la part payée par les deux collectivités monte à 16,5M€; et même 19M€ en cas de création d'un niveau supplémentaire en surface. Quel tertiaire? Gilbert Gaspaillard, vice-président de l'Agglomération n'est pas contre unparking souterrain qui permettrait de créer «un véritable quartier d'activités tertiaires au sudde la ville». YannickMayeuxest plus dubitatif. «Du tertiaire, mais quel tertiaire? Il faut aussiun projet de vie pour les habitants et les riverains!» C'est aussi l'avis de Jean-Guy Le Bère. L'élu briochin a mis en garde ses collègues contre une idée «assez répandue», selon laquelle l'objectif de la Ville et de l'Agglo serait «de faire un centre d'affaires» au sud de la gare. «Un projet à ne pas rater». C'est le sentiment de Robert Pédron (Plérin) comme celui du président de l'Agglomération, Michel Lesage. Pour sa part, Bruno Joncour est heureux que Ville et Agglo travaillent «de manière mutualisée» sur ce dossier. Autrement dit, la réussite ou l'échec sera collectif.

Source: http://saint-brieuc.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/saint-brieuc/ville/gare-sncf-un-projet-a-ne-pas-rater-06-07-2012-1764629.php
avatar
stevendu22
Membre

Masculin Sagittaire Cochon
Nombre de messages : 109
Age : 22
Localisation : st brieuc
Emploi : Magasignier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Actualités ferroviaires

Message par MOUTI le Dim 28 Oct 2012 - 14:44

Gare de Romans-Bourg-de-Péage (Isère]

Le Dauphiné Libéré

Un automobiliste prend les escaliers de la gare... en voiture

La scène a eu le mérite de laisser complètement incrédules les personnes présentes, hier peu après
17 heures, devant la gare SNCF de Romans. Un automobiliste âgé de 76 ans, circulant au volant d’un
Renault Scenic, s’est engagé dans les escaliers passants sous la voix de chemin de fer, croyant que
c’était un accès au parking. La voiture s’est immobilisée d’elle-même sur les marches, évitant ainsi
à son conducteur de dévaler entièrement les escaliers.

Heureusement, et malgré l’heure de pointe, personne ne se trouvait sur sa route à ce moment-là.
L’automobiliste romanais, victime d’une grosse frayeur et d’un malaise, a, par précaution, été
transporté par les sapeurs-pompiers à l’hôpital Drôme Nord de Romans pour y passer des examens.
Le véhicule a été enlevé par une dépanneuse près de 45 minutes après les faits, le tout sous le regard
médusé et amusé de plusieurs dizaines de badauds.



Photo Le DL
avatar
MOUTI
Membre

Masculin Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 102
Age : 56
Localisation : .
Emploi : Conforme à mes rêves de jeunesse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Billy le Mar 6 Nov 2012 - 19:57

Exclusif : première photo du TGV lowcost qui devrait s'appeler OUIGO

Début 2013, Sncf lancera son offre TGV low-cost (projet Aspartam). Voici la photo d'une livrée attribuée à l'offre low cost de la SNCF. Le photographe qui a pris la photo ci-dessous montre la rame TGV DUPLEX n° 760 sous livrée bleue de la nouvelle marque du groupe Sncf. Cette photo circule allègrement de messagerie en messagerie chez les cheminots.


Nota : Pour éviter tout souci à l'auteur du cliché, nous ne publierons pas son nom ici.

Le logo de la nouvelle offre (marque) est bien camouflé sous les adhésifs blancs, afin qu'elle ne soit pas dévoilée avant l'annonce du lancement commercial (qui ne devrait pas tarder). Cela dit, si on va chercher dans l'information publique sur le site de l'INPI, on voit que SNCF a déposé le 4 juillet 2012 la marque OUIGO. Il y a donc fort à parier que ce sera le nom commercial de cette nouvelle offre !

A noter, cette marque avait été précédemment déposée le 3 février 2012 par sa filiale IDTGV. Faut-il en déduire que le projet low-cost Aspartam/Ouigo était à l'origine porté par IDTGV, avant d'avoir été repris par la maison-mère SNCF ? Et, de fil en aiguille, faut-il faire le parallèle entre la nouvelle offre et le fait qu'IDTGV réduit simultanément la voilure ?

Notons également que le nom de domaine ouigo-sncf.com semble enregistré et que la SNCF a établi une déclaration de traitement informatisé pour la lettre d'informations en ligne à venir sur Ouigo

Ouigo devrait débuter ses services le 1er avril prochain (ce n'est pas un gag). Les horaires devraient être les suivants :

Au départ de Marne la Vallée
6250 Marne-la-Vallée 09:48 – Lyon-St-Exupery 11:36/39 – Avignon TGV12:30/33 – Marseille St Charles 13:02 (Sa et Di)
6252 Marne-la-Vallée 10:20 – Lyon-St-Exupery 12:08/13 – Avignon TGV13:03/06 Marseille St Charles 13:35 (Lu et Ve)
6254 Marne-la-Vallée 11:00 – Lyon-St-Exupery 12:48/51 – Valence TGV13:03/06 – Nîmes 14:06/09 – Montpellier 14:34 (Me, Me et Je)
6256 Marne-la-Vallée 12:22 – Lyon-St-Exupery 14:08/11 – Avignon TGV15:01/04 – Marseille St Charles 15:34 (Ma, Me, Je)
6260 Marne-la-Vallée 17:44 – Lyon-St-Exupery 19:29/32 – Aix en Provence 20:38/41 – Marseille St Charles 20:54 (Sa)
6262 Marne-la-Vallée 17:48 – Lyon-St-Exupery 19:36/41 – Valence TGV20:04/07 – Nimes 20:50/53 – Montpellier 21:19 (Di)
6264 Marne-la-Vallée 19:09 – Lyon Part Dieu 21:00 (Lu et Ve)
6266 Marne-la-Vallée 19:24 – Lyon-St-Exupery 21:11/14 – Aix en Provence 22:20/23 – Marseille St Charles 22:35 (Ma, Me et Je)
6268 Marne-la-Vallée 20:18 – Lyon Part Dieu 22:08 (Ma, Me et Je)
6272 Marne-la-Vallée 20:52 – Lyon-St-Exupery 22:38/41 – Valence 23:04/07 – Aix en Provence 23:58/00:01 – Marseille St Charles 00:13 (Ve et Di)
6274 Marne-la-Vallée 20:52 – Lyon Part Dieu 22:42 (Sa)

Au départ de Lyon et Marseille
6276 Marseille St Charles 06:10 – Avignon TGV 06:37/40 – Marne-la-Vallée 09:17 (Sa)
6278 Lyon Perrache 07:13 – Marne la Vallée 09:11 (Di)
6280 Marseille St Charles 06:24 – Avignon TGV 06:54/57 – Marne-la-Vallée 09:31 (Lu et Ve)
6282 Lyon Perrache 08:35 – Marne-la-Vallée 10:34 (Ma, Me et Je)
6284 Marseille St Charles 08:25 – Aix en Provence 08:37/40 – Lyon-St-Exupery 09:48/56 – Marne-la-Vallée 11:43 (Lu au Sa)
6286 Marseille St Charles 13:40 – Aix en Provence 13:54/13:57 – Lyon-St-Exupery 15:09/12 – Marne-la-Vallée 17:01 (Sa et Di)
6288 Marseille St Charles 14:50 – Aix en Provence 15:02/05 – Avignon TGV 15:25/28 – Marne-la-Vallée 18:06 (Lu et Ve)
6290 Montpellier 15:24 - Nîmes 15:49/52 – Valence 16:38/43 – Lyon-St-Exupery 17:10/13 – Marne-la-Vallée 18:59 (Ma, Me et Je)
6292 Marseille St Charles 16:28 – Avignon TGV 16:55/58 – Lyon-St-Exupery 17:49/52 – Marne-la-Vallée 19:38 (Ma, Me et Je)
6294 Montpellier 16:35 – Nimes 17:00/03 – Valence TGV 17:50/53 –Lyon-St-Exupery 18:18/23 – Marne-la-Vallée 20:13 (Lu, Ve, Sa et Di)
6296 Marseille St Charles 08:36 – Avignon TGV 09:03/06 – Lyon-St-Exupery 09:57/10:00 – Marne-la-Vallée 11:46 (Di)
6298 Marseille St Charles 21:44 – Aix en Provence 21:56/59 – Avignon TGV 22:18/21 – Lyon Perrache 23:28 (Sa)
6299 Lyon Perrache 05:58 – Avignon TGV 07:21/24 – Aix en Provence07:49/52 – Marseille St Charles 08:05 (Lu, Ve et Di)



Le dépôt INPI


Source : http://www.deplacementspros.com/


Dernière édition par Billy le Mar 6 Nov 2012 - 22:52, édité 1 fois

_________________
Transports Urbains Français : 2007-2016

avatar
Billy
Fondateur T-U-F
Fondateur T-U-F

Masculin Sagittaire Chèvre
Nombre de messages : 10522
Age : 26
Localisation : Île-de-France
Emploi : Master Exploitation et Développement des Réseaux de Transports Publics

Voir le profil de l'utilisateur http://www.t-u-f.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Nono38 le Mar 6 Nov 2012 - 22:05

SAlut Billy !!

ça fait longtemps que j'ai pas posté 15

La déco du TGV est ... Spéciale ^^

Sinon super nouvelle :D


A+
avatar
Nono38
Membre

Masculin Taureau Tigre
Nombre de messages : 235
Age : 19
Localisation : Grenoble
Emploi : Collégien

Voir le profil de l'utilisateur http://tfeuropens.forumactif.fr/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par MOUTI le Jeu 8 Nov 2012 - 21:55

Ouest-France

Le tram-train pour l'aéroport ne fait pas l'unanimité



Le tram-train vers l'aéroport emprunterait d'abord la ligne Nantes-Châteaubriant, avant de bifurquer, à La Chapelle,
vers Treillières, Vigneux et l'aéroport.


La Région veut relier Nantes à Notre-Dame-des-Landes par un nouveau tram-train. Département de Loire-Atlantique
et Nantes Métropole sont réticents. Décision début 2013.

Pourquoi ? Comment ? D'où vient ce projet ?

La desserte de l'aéroport de Notre-Dame, d'abord par le tram-train, puis par une ligne ferroviaire Nantes-Rennes, est une
recommandation de l'enquête d'utilité publique (2008), validée par l'État. « C'est un engagement vis-à-vis de la population
que nous devons respecter », affirme Gilles Bontemps, vice-président du conseil régional. La Région défend le tram-train.
Il permettrait, explique l'élu, de desservir à la fois l'aéroport et les communes du territoire d'Erdre-et-Gesvres, au nord de
Nantes. Avec sept arrêts, l'aéroport serait à 38 mn de la gare de Nantes. Mais le projet ne fait pas l'unanimité. Département
de Loire-Atlantique et Nantes Métropole sont debout sur les freins. En face, Jacques Auxiette, président de la Région, affiche
sa détermination, laissant entendre qu'il serait prêt à financer l'essentiel et à prendre en charge l'exploitation.

Quelle est la facture ?

La facture s'alourdit à mesure que les études s'affinent. Il faudra construire des ouvrages d'art pour les franchissements,
créer de nouvelles voies, acheter des rames supplémentaires pour répondre aux contraintes d'exploitation. On friserait les
200 millions d'euros d'investissement, assure un connaisseur du dossier. Somme contestée par Gilles Bontemps, qui évoque
100 à 150 millions et demande d'attendre de nouvelles études, en cours.

Y a-t-il vraiment une clientèle ?

Les études montrent qu'on ne se bousculerait pas pour prendre le tram-train vers l'aéroport depuis Nantes : seulement 1 390
passagers et salariés de la plate-forme par jour. Insuffisant pour justifier l'investissement. « L'économie du projet repose sur
la mixité de la desserte », réplique Gilles Bontemps. Aux usagers de l'aéroport, il ajoute les habitants. On atteint alors 7 400
voyageurs au quotidien. Pas assez pour réduire le déficit d'exploitation. Il faudrait qu'augmente la population entre Nantes et
l'aéroport. Ce dont ne veulent ni le Département, ni Nantes Métropole, attachés à maintenir une coupure verte. Gilles Bontemps
conteste le montant du déficit, que certains évaluent entre trois et six millions par an.

La liaison Nantes-Rennes par train est-elle menacée ?

C'est le noeud du problème. Même si les deux projets ne sont pas à la même échelle de temps, le tram-train aéroportuaire et
la création d'une liaison ferroviaire rapide Nantes-Rennes via l'aéroport (2 à 3 milliards) risquent d'être en concurrence, du fait
de la raréfaction des financements. « Il est peu probable que Nantes-Rennes voie le jour quand plus de 200 millions auront déjà
été investis dans le tram-train », assure un élu départemental. « Le tram-train met en péril une grande décision d'aménagement
du territoire », estiment, inquiets, ceux qui veulent une grande métropole Nantes-Rennes.

Et la route ?

Le Département de Loire-Atlantique travaille à une desserte routière express avec des bus cadencés à haut niveau de services,
en sites propres pour éviter les embouteillages nantais. L'investissement (5 à 10 millions) est sans commune mesure avec celui
du tram-train. La formule capterait moins de clients de l'aéroport « mais permettrait de tester les besoins, de desservir Rennes
et d'autres bassins», fait-on remarquer au conseil général. Il est très probable que cette desserte voie le jour à l'ouverture de
l'aéroport (en 2017, si tout va bien). Sous réserve de décision positive début 2013, le tram-train aéroportuaire, lui, ne roulerait
pas avant 2020.
avatar
MOUTI
Membre

Masculin Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 102
Age : 56
Localisation : .
Emploi : Conforme à mes rêves de jeunesse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par MOUTI le Dim 27 Jan 2013 - 13:12

Le Telegramme

Nouvel éboulement à Morlaix : ça se complique...

Alors qu'un retour à la normale avait été annoncé pour cet après-midi, un nouvel éboulement a contraint
la SNCF à faire machine arrière. Le trafic entre Morlaix et Brest devrait être assuré sur une seule voie à
partir de 16h. Du moins si la falaise arrête enfin de s'effriter...

Pourquoi le retour à la normal a-t-il été différé?

LaSNCF y croyait pourtant dur comme fer. «Les deux voies circuleront demain à 16h, entre Brest et Morlaix»,
nous certifiait, hier midi, Daniel Gardeux, le responsable régional de la maintenance des infrastructures. Sauf
que de nouveaux éboulements de terrain se sont produits hier après-midi, au même endroit que la veille, à
200m de la gare de Morlaix. Résultat, alors que les opérations de déblaiement étaient bien entamées, une des
voies s'est de nouveau retrouvée ensevelie sous les gravats. Impossible, dans ces conditions, d'assurer un retour
à la normale du trafic dans les délais annoncés.

La falaise peut-elle continuer à s'effriter?

C'est bien là le problème: nul ne peut assurer aujourd'hui que cette fameuse falaise, qui est sous emprise de la
SNCF, ne va pas continuer à s'effondrer. Dans l'après-midi, elle a perdu entre 20 et 40cm. Elle menace désormais
le trottoir qui borde la rue surplombant la voie ferrée! «On va de difficulté en difficulté. Ça s'éboule de plus en plus»,
indiquaient, hier soir, les entreprises de terrassement dépêchées sur place. Où l'on est passé à environ 2.000m³ de
gravats à évacuer. «C'est très instable. Et s'il se met à pleuvoir, ça risque de ravinerencore», soulignait, de son côté,
Philippe Jestin, responsable de la maintenance des infrastructures sur la Bretagne nord.

avatar
MOUTI
Membre

Masculin Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 102
Age : 56
Localisation : .
Emploi : Conforme à mes rêves de jeunesse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Christobal le Dim 27 Jan 2013 - 13:24

Il en est effectivement question sur le site Infolignes de la SNCF :

Infolignes a écrit:

Perturbations du jour

Glissement de terrain entre Brest et Morlaix

La circulation est interrompue dans ce secteur depuis vendredi 25 janvier. Un éboulement de terrain a entrainé une coupure d'électricité ce qui empêche les trains de circuler. Cet incident est la conséquence des conditions climatiques difficiles de ces derniers jours.

Tous les TGV partiront ou auront pour terminus exceptionnel Guingamp. Des autocars assurent la liaison entre Brest et Guingamp, prévoyez environ 2h00 de trajet.

A partir de 16h environ ce dimanche 27 janvier certains TGV auront pour origine ou terminus Morlaix. Des navettes TER ou des bus seront mis en place pour assurer la liaison entre Brest et Morlaix.

La circulation devrait être rétablie partiellement au plus tôt ce dimanche 27 janvier vers 16h.

Les équipes techniques de SNCF mettent tout en œuvre pour rétablir la circulation, n'hésitez pas à consulter le site régulièrement pour connaître l'évolution de la situation.

Pour savoir si votre train est concerné, utilisez consultez notre moteur de recherche.




=> http://www.infolignes.com/previsions.php?zoneId=4&zoneName=Ouest
avatar
Christobal
Membre

Masculin Scorpion Dragon
Nombre de messages : 1930
Age : 101
Localisation : France
Emploi : Oui

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par MOUTI le Lun 28 Jan 2013 - 18:48

Gare de Modane

Le Dauphiné Libéré

La locomotive folle arrêtée par un chargement de bois

Dans notre édition de samedi, nous relations l’incident de fret qui s’est produit, jeudi à 20 h, à Modane.
Au moment d’arriver en gare de triage, la cabine du conducteur s’était détachée du reste de la rame.
Par mesure de sécurité, l’homme avait sauté, sans se blesser. Heureusement, un chargement de bois avait
pu arrêter le wagon. Mais certains s’inquiètent des conséquences bien plus graves qu’aurait pu avoir cet
accident, précisant que c’est dans cette gare que les wagons de déchets nucléaires en provenance d’Italie
sont détachés des locomotives italiennes pour être attelés aux locomotives françaises…



C’est à faible allure que la cabine du conducteur s’est détachée du reste de la rame avant de percuter un wagon à l’arrêt. Photo DR
avatar
MOUTI
Membre

Masculin Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 102
Age : 56
Localisation : .
Emploi : Conforme à mes rêves de jeunesse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par MOUTI le Sam 9 Fév 2013 - 9:48

Le Progrès
Rhône-Alpes : de nouvelles rames de TER à partir de 2014

La Région Rhône-Alpes et la Banque européenne d’investissement ont signé ce vendredi à Lyon
un prêt de 200 millions d’euros destiné à financer l’achat de nouvelles rames électriques de TER.



Les nouvelles rames circuleront en priorité sur les lignes Lyon-Saint-Etienne-Firminy, Lyon-Ambérieu
et Villefranche-Lyon-Vienne / Photo Bombardier


Ces nouveaux TER à deux niveaux, d’une capacité de 350 places assises par rame, seront livrés à partir
de 2014 jusqu’à 2016. Ils circuleront en priorité sur les lignes Lyon-Saint-Etienne-Firminy, Lyon-Ambérieu
et Villefranche-Lyon-Vienne. Les nouvelles rames sont actuellement construites près de Valenciennes (Nord)
par la société canadienne Bombardier.
avatar
MOUTI
Membre

Masculin Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 102
Age : 56
Localisation : .
Emploi : Conforme à mes rêves de jeunesse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par MOUTI le Sam 21 Sep 2013 - 17:48

Mercredi 18 septembre

Collision mortelle avec un bus à impériale


Collision mortelle à Ottawa, au moins 6 morts et une trentaine de blessés

Six personnes ont été tuées et 30 blessées mercredi dans la collision entre un autobus à
impériale et un train à un passage à niveau au sud de la capitale canadienne Ottawa.

Le bilan qui faisait dans un premier temps état de cinq personnes mortes à l’arrivée des
secours sur les lieux de l’accident s’est aggravé avec le décès d’un blessé peu après son
admission à l’hôpital, ont indiqué les services de secours lors d’une conférence de presse.
Au total 30 autres personnes ont été admises dans quatre hôpitaux de la ville, dont 10
dans un état jugé grave, selon les secours.

L’accident s’est produit à 08H48 locales (12H48 GMT) sur le passage à niveau sur la ligne
ferroviaire reliant Ottawa à Toronto, dans un quartier situé à une quinzaine de kilomètres
au sud du centre de la capitale, a indiqué la police d’Ottawa.

Le Dauphiné Libéré

Canada : une collision entre un bus et un train fait au moins six morts à Ottawa

L'accident s'est produit sur un passage à niveau dans le sud de la capitale canadienne.

L'accident s'est produit sur un passage à niveau dans le sud d'Ottawa, la capitale du Canada. Un autocar
et un train sont entrés en collision, mercredi 18 septembre. Au moins six personnes sont mortes dans
l'autocar. Trente personnes ont été blessées et dix d'entre elles sont dans un état jugé grave.

FranceTVinfo.fr

avatar
MOUTI
Membre

Masculin Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 102
Age : 56
Localisation : .
Emploi : Conforme à mes rêves de jeunesse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par MOUTI le Mer 23 Oct 2013 - 12:55

Section : (Roanne) Le Coteau - Tarare - Saint-Germain-au-Mont-D'or (Lyon)

Commune de Saint-Victor-sur-Rhins (Loire).

Lundi 21 octobre.

Après l'accident de TER, le trafic SNCF a repris entre Roanne et Lyon

Interrompu depuis 10h30 ce lundi, en raison d’un accident entre Régny et Saint-Victor-sur-Rhins,
au cours duquel un TER a tué six vaches qui divaguaient sur les voies, le trafic SNCF entre Roanne
et Lyon a été rétabli peu après 14 heures.

La suite dans Le Progrès

avatar
MOUTI
Membre

Masculin Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 102
Age : 56
Localisation : .
Emploi : Conforme à mes rêves de jeunesse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par MOUTI le Lun 9 Juin 2014 - 22:04

Alpes de Haute-Provence : réouverture de la ligne des Chemins de Fer de Provence

Alpes de Haute-Provence - Réouverture officielle, ce mercredi 4 juin, de la ligne des Chemins de Fer de Provence entre Entrevaux et Annot. La ligne ferroviaire était fermée depuis le 8 février dernier, date du déraillement du train des Pignes qui a fait deux morts et plusieurs blessés sur la commune de Saint-Benoît. Les travaux ont duré quatre mois. 

A partir de ce jeudi 5 juin, les trains pourront de nouveau circuler du lundi au vendredi entre Nice et Saint-André-les-Alpes et les samedis et dimanches entre Nice et Digne-les-Bains. Les trains circuleront sur l’intégralité de la Nice-Digne à partir du 21 juin. 

La nationale 202 sera ponctuellement fermée à la circulation ce mercredi entre 10h et 11h, en raison des travaux de sécurisation de la falaise de Saint-Benoît. La DIR MED recommande la plus grande prudence.

Alpesdusud

avatar
MOUTI
Membre

Masculin Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 102
Age : 56
Localisation : .
Emploi : Conforme à mes rêves de jeunesse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par MOUTI le Mar 10 Juin 2014 - 10:43

Gare de Bourg-Saint-Maurice (Savoie)

Voilà 100 ans que le train rejoint la Haute-Tarentaise

La gare ferroviaire de Bourg-Saint-Maurice a été mise en service le 20 novembre 1913. Le 28 juin 1914, elle était inaugurée. Cent ans après, la ville accueillera un vibrant hommage samedi 21 juin. Un défilé en costumes d’époque arpentera les rues du centre-ville à 10 h 30 avant les discours devant la gare à 11 heures. Des animations suivront tout l’après-midi et une exposition permettra de remonter le temps avant un concert de l’école de musique du canton, à 18 heures, sur la place Saint-Jean.

Le Dauphiné Libéré

avatar
MOUTI
Membre

Masculin Sagittaire Buffle
Nombre de messages : 102
Age : 56
Localisation : .
Emploi : Conforme à mes rêves de jeunesse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par CFB le Mar 10 Juin 2014 - 14:49

Merci pour ces infos.    1
avatar
CFB
Membre

Masculin Sagittaire Chèvre
Nombre de messages : 5
Age : 38
Localisation : Saint-Bonnet
Emploi : Transports

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les transports ferroviaires dans la presse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum